Le CSR65, fabriqué par les Industries NRC pour l’entreprise ontarienne Preferred Towing, sera en vedette dans la nouvelle saison de la téléréalité Heavy Rescue 401.
Le CSR65, fabriqué par les Industries NRC pour l’entreprise ontarienne Preferred Towing, sera en vedette dans la nouvelle saison de la téléréalité Heavy Rescue 401.

Industries NRC: de prototype à vedette de téléréalité

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le prototype de dépanneuse lourde développé par les Industries NRC à Saint-Paul-d’Abbotsford, le CSR65, a fait du chemin depuis son dévoilement à la fin de 2017. Il sera en vedette dans la nouvelle saison de l’émission de téléréalité Heavy Rescue 401, diffusée sur les ondes de la chaîne Discovery.

L’une des entreprises de la distribution de l’émission, Preferred Towing, a fait l’acquisition de ce nouveau modèle de véhicule à flèche rotative, qui se détaille entre 500 000 $ et 750 000 $. 

Le véhicule a récemment été livré sous l’œil des caméras d’Heavy Rescue 401 à la PME ontarienne, dans le cadre d’un important salon de remorquage tenu à Atlantic City, aux États-Unis. Il a été « personnalisé » selon les besoins du client, relève la coordonnatrice aux communications et au marketing des Industries NRC, Shannel Forgues. 

Avec sa flèche, son bras de levage et ses cinq treuils, le CSR65 peut d’emblée remorquer une charge allant jusqu’à 65 tonnes. Celui de Preferred Towing comporte en outre cinq essieux avec une suspension tandem convertie par Simard Suspension, une autre entreprise québécoise.

Un véhicule de ce type, avec l’équipement à bord, pèse l’équivalent d’un 18 roues chargé au maximum de sa capacité. À lui seul, il peut effectuer le relevage d’un semi-remorque renversé, fait valoir Mme Forgues. Bref, l’équipement idéal pour œuvrer lors des accidents impliquant des poids lourds en bordure de la 401, qualifiée d’autoroute la plus achalandée du Canada. 

La carrosserie du CSR65 est entièrement faite de composite. Le modèle est aussi doté des dernières avancées technologiques, dont un poste de contrôle électronique avec écran tactile et pavé numérique. Son design a d’ailleurs été récompensé, l’an dernier, aux Grands Prix du design du Québec, affirme Shannel Forgues. 

Croissance soutenue

Depuis le lancement du prototype en 2017, le CSR65 a été testé chez certains clients et a fait l’objet d’améliorations continues. Si bien que l’engouement pour ce nouveau produit est bien réel et qu’il se traduit par plusieurs contrats, selon la coordonnatrice aux communications et au marketing. 

« C’est notre produit vedette. Et c’est le bon mot. Tout le monde tripe dessus », lance-t-elle en précisant que l’entreprise poursuit la production d’autres pièces d’équipement, comme les remorqueuses plateformes. 

Au cours des dernières années, les Industries NRC ont dû composer avec une croissance soutenue, qui atteint environ 15 % annuellement. D’importants investissements ont été réalisés pour agrandir et moderniser l’usine. 

Et ce n’est pas fini. Il est prévu à court et moyen terme d’investir de nouvelles sommes, qui ne sont pas détaillées, pour continuer à moderniser la production afin de répondre à la demande du marché de façon plus efficace et plus rapide, dit Shannel Forgues. 

Selon elle, le carnet de commandes de l’entreprise est par ailleurs plein pour les années à venir. La majorité des ventes sont réalisées aux États-Unis. 

Dans les circonstances, l’enjeu demeure de recruter suffisamment d’employés pour maintenir le rythme. Actuellement, 150 personnes travaillent chez Industries NRC. Il est visé d’embaucher une vingtaine de personnes au cours des prochains mois. 

Des soudeurs, assembleurs-monteurs, machinistes, carrossiers et superviseurs sont recherchés, de même qu’un ingénieur de production.

Parc de maisons mobiles

L’achat, l’an dernier, de terrains accueillant un parc de maisons mobiles par Industries NRC continue cependant à faire des remous. Des citoyens, visés par d’éventuelles procédures d’éviction, ont, pour la deuxième fois, manifesté leurs inquiétudes au conseil municipal de Saint-Paul-d’Abbotsford en décembre dernier. 

Les propriétaires des maisons mobiles déplorent vivre dans l’incertitude et dénoncent le manque d’informations. 

S’exprimant principalement par la voie de la firme d’avocats mandatée dans le dossier, les Industries NRC a affirmé avoir effectué cette acquisition dans le cadre d’un plan d’expansion à moyen et long terme. 

Gestion Norayco, la société sœur des Industries NRC, avait aussi laissé savoir que les propriétaires de maisons mobiles, aussi locataires de leur lot de terrain, ne seront pas évincés durant l’hiver. Les premiers à devoir déménager recevront un avis d’éviction au courant de l’hiver pour l’été suivant, a dit Me Olivier Normandin, en août dernier. 

Affirmant ne pas avoir d’échéancier plus précis, Shannel Forgues a réitéré, jeudi, que « les gens qui veulent avoir des réponses doivent se référer au bureau d’avocats Normandin Gravel Rhéaume » à Granby.