LeRoy St. Germaine

Incitation à la haine: l’éditeur d’un journal assigné à résidence pendant un an

TORONTO - L’éditeur d’un journal gratuit de Toronto qui prônait la haine contre les Juifs et les femmes a été condamné jeudi à 12 mois de stricte assignation à résidence.

Le juge Richard Blouin, de la Cour de justice de l’Ontario, a confiné LeRoy St. Germaine à son domicile pendant un an, avec des exceptions pour les rendez-vous médicaux et quatre heures par semaine pour faire les courses.

Cette peine avec sursis contraste avec la peine maximale d’un an d’emprisonnement infligée il y a une semaine à James Sears, rédacteur en chef du même journal, «Your Ward News», qui a été libéré sous caution mardi en attendant que sa demande d’appel soit entendue. Le juge Blouin avait alors déclaré qu’il aurait infligé une peine plus sévère à M. Sears si la loi le lui avait permis.

Dans le cas de M. St. Germaine, le juge a tenu compte de certains facteurs atténuants, notamment son statut d’Indien, son mauvais état de santé et ses regrets. M. Blouin a également souligné que même si M. St. Germaine était au courant du contenu publié dans le journal, il n’avait pas créé ce contenu lui-même.

Le procureur Jamie Klukach avait réclamé une peine de six mois de prison assortie d’une probation, ce que le juge Blouin a refusé.

Les deux responsables du journal avaient été reconnus coupables en janvier d’incitation à la haine contre les femmes et les Juifs.

La publication était distribuée gratuitement à plus de 300 000 résidences et commerces de la région de Toronto et sur internet. Le journal a constamment décrit les femmes comme des êtres inférieurs qui incitaient au viol. Il affirmait aussi que les Juifs buvaient le sang d’enfants chrétiens et niait l’existence de la Shoah. Ces thèmes n’ont pas cessé d’être abordés dans la publication même après le début du procès.

M. St. Germaine a indiqué jeudi qu’il ferait appel du verdict et de la peine, estimant avoir été victime d’une chasse aux sorcières.