Incident du bulldozer: la Ville «manque de sérieux», déplore Mike Duggan

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
L’incident impliquant un bulldozer en début de semaine sur un terrain du promoteur Marcel Raymond, à l’angle du boulevard Lucerne et de l’avenue Frank-Robinson, démontre que l’application du règlement sur l’abattage d’arbre à Gatineau relève plus de la farce que d’une réelle volonté de punir les contrevenants, s’indigne le conseiller municipal Mike Duggan.

La Ville de Gatineau a pris trois jours pour confirmer au Droit que l’entrepreneur était en «avis d’infraction» pour avoir entrepris des travaux sans en obtenir l’autorisation et pour avoir abattu des arbres sans le permis nécessaire. Pour l’instant, la Ville ne fait que demander au promoteur de se conformer à la réglementation en obtenant les permis exigés et lui accorde une période de grâce de 14 jours pour le faire. 

À LIRE AUSSI: Excédé, il dirige son bulldozer vers un citoyen [VIDÉO]

«Ce n’est pas sérieux, lance M. Duggan. J’aurais pensé que l’agent du service de l’urbanisme aurait donné un constat d’infraction. Comme élu, je ne suis pas content d’apprendre que la Ville n’a toujours pas donné un constat d’infraction. C’est ridicule. Les arbres sont morts. Il ne reste que des souches sous du remblai.»


« Ce n’est pas sérieux. J’aurais pensé que l’agent du service de l’urbanisme aurait donné un constat d’infraction. »
Mike Duggan, conseiller municipal

M. Duggan déplore aussi que la Ville n’agisse pas équitablement pour ce type d’infraction sur son territoire et il demande un resserrement. «Parfois, on est sévère, parfois pas du tout, dit-il. Je me demande s’il n’y a pas de favoritisme parfois. J’ai dans mon quartier des citoyens qui ont eu 600 $ d’amende pour avoir abattu un arbre sans permis, même pour des frênes presque morts ou carrément morts. Là, on a un exemple d’un promoteur qui fait du déboisement et du remblai sans permis, à proximité d’autres habitations, et on cherche une manière de ne pas le punir. Pourquoi? Ça me dérange beaucoup et je suis convaincu que c’est le cas pour plusieurs de mes collègues au conseil.»

L'élu municipal Mike Duggan.

Avec l’aide de la conseillère Audrey Bureau, lundi, des citoyens d’Aylmer ont réussi à faire cesser des travaux de déboisement sur le terrain de M. Raymond. La situation a mené à un incident qui aurait pu avoir des conséquences graves. Des images filmées sur les lieux laissent entrevoir qu’un opérateur de machinerie lourde a volontairement dirigé son engin vers un citoyen afin de forcer ce dernier à se déplacer. Des agents du Service de police de la Ville de Gatineau et un inspecteur du service de l’urbanisme se sont déplacés sur les lieux. M. Raymond a maintenant deux semaines pour faire les demandes pour les permis nécessaires, sans quoi la Ville dit qu’elle «devra évaluer les recours possibles».