Le rockeur québécois Martin Deschamps a quant à lui reçu le prix Impératif français. Jean-Paul Perreault soutient que l'organisme a voulu souligner le message d'espoir propagé par l'artiste dans ses conférences, et plus particulièrement que ce soit fait en français.

Impératif français distribue «citrons» et accolades

Impératif français remettait ses traditionnels prix Citron samedi à Gatineau. La Ligue nationale de hockey (LNH) et le Comité international olympique (CIO) sont parmi les organisations pointées du doigt par Impératif français.
L'organisme qui se donne la mission de promouvoir le français dénonce le CIO pour l'absence de la langue de Molière lors des Jeux de Sotchi. Le mouvement olympique, ressuscité par le Français Pierre de Coubertin a le français comme langue officielle depuis 1894.
«Au-delà d'une présence en façade, le français était absent, dénonce le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault. On se doit de souligner cet accroc à la francophonie.»
Impératif français dénonce au passage les ministres péquistes Jean-François Lisée et Diane de Courcy, l'Office québécois de la langue française et le gouvernement fédéral. Mais il réserve une critique bien particulière à la LNH qui contribue à «cacher le fait français» en Amérique du Nord, selon M. Perreault.
«À Montréal, deuxième plus grande ville francophone au monde, les arbitres utilisent des micros pour annoncer leurs décisions en anglais. C'est un problème sérieux, on n'a pas à accepter ça. Ça vient dire aux Québécois qu'ils sont des citoyens de deuxième ordre chez eux.»
De bons coups soulignés
Impératif français critiquait, mais a également souligné de façon positive le travail d'individus et d'organisation dans la promotion du fait français. La radio communautaire franco-ontarienne Unique FM et le Festival de la chanson de Granby ont notamment été honorés par l'organisme basé dans le secteur Aylmer.
Le rockeur québécois Martin Deschamps a quant à lui reçu le prix Impératif français. Jean-Paul Perreault soutient que l'organisme a voulu souligner le message d'espoir propagé par l'artiste dans ses conférences, et plus particulièrement que ce soit fait en français.
«C'est aussi un artiste qui a contribué de façon très intéressante à multiplier ce rock en français. Il est dans la foulée des grands comme Offenbach», résume M. Perreault.