La quasi-totalité des sentiers de motoneige de la région de l'Outaouais pourraient ouvrir d'ici le week-end prochain.
La quasi-totalité des sentiers de motoneige de la région de l'Outaouais pourraient ouvrir d'ici le week-end prochain.

Il manque «un bon pied de neige» pour les motoneigistes en Outaouais

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Les fervents de motoneige devront patienter encore quelques jours avant de pouvoir espérer s’aventurer sur l’ensemble des 2260 kilomètres du réseau de l’Outaouais.

Malgré les récentes précipitations de neige survenues pendant le temps des Fêtes et tout au long de la journée samedi, « il manque encore un bon pied de neige » afin de pouvoir ouvrir la presque totalité des sentiers de motoneige de la région de façon sécuritaire, indique Pierre Tremblay, deuxième vice-président de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ).

« Quand les conditions sont belles, on peut ouvrir à partir du 12 janvier, mais pour ça, il faut des précipitations de neige, concède-t-il. On a quand même eu beaucoup de verglas et cela a fait en sorte que des sentiers ont été endommagés, notamment par des branches. Un nettoyage a dû être fait, mais dans l’ensemble, c’est presque terminé. »


« Si la neige qui est annoncée prochainement peut tomber, je crois bien qu’on aura des conditions intéressantes en Outaouais autour du 10 janvier. »
Pierre Tremblay

Actuellement, environ 12 % du réseau de motoneige est balisé en Outaouais.

« C’est ouvert de Kazabazua à Maniwaki, de Maniwaki à Grand-Remous et de Maniwaki à Moncef jusqu’à l’entrée de la réserve Vérendrye, détaille M. Tremblay. Dans la Petite-Nation, c’est ouvert de Duhamel vers Chénéville. La TQ43 a été tapée, mais pas surfacée. »

Malgré la chaleur ressentie au cours des derniers jours, le deuxième vice-président de la FCMQ se dit « bien optimiste » que les motoneigistes pourront lancer leur saison dès la fin de semaine prochaine.

« La chaleur n’a pas affecté les sentiers. Il n’a pas fait assez doux pour ça, mis à part peut-être la journée de vendredi, souligne-t-il. Prochainement, on va revenir avec des normales de saison d’environ -6 degrés Celsius, donc il ne devrait pas y avoir de problème à ce niveau-là. […] Si la neige qui est annoncée prochainement peut tomber, je crois bien qu’on aura des conditions intéressantes en Outaouais autour du 10 janvier. »

Et cette saison de motoneige pourrait bien se prolonger jusqu’au printemps.

« Avec les changements climatiques, on remarque au cours des dernières années que la saison de motoneige a tendance à durer plus longtemps qu’auparavant, indique M. Tremblay. L’année passée par exemple, la saison a presque duré jusqu'à la fin du mois de mars. »

Toutefois, le principal intéressé tient à mettre en garde les amateurs de la chenille qui seraient tentés de se balader sur les cours d’eau glacés.

« Pour s’aventurer sur les cours d’eau, attendez que les clubs les balisent, insiste-t-il. Ça prend cinq pouces de glace pour qu’une motoneige puisse circuler de façon sécuritaire sur un cours d’eau. S’aventurer en dehors des sentiers battus, personnellement, je trouve ça très dangereux. »

« La Fédération s’occupe de la signalisation et de l’entretien des sentiers pour qu’ils soient sécuritaires pour nos motoneigistes. Lorsqu’on sort de ces sentiers-là, les gens se retrouvent à leur risque et péril avec la nature », ajoute M. Tremblay.

Alors que la cause de 85 % des accidents de motoneige est l’erreur humaine, selon la FCMQ, Pierre Tremblay a un message pour les motoneigistes en 2020.

« Soyez prudents, faites attention à la vitesse dans les sentiers et soyez vigilants. »