La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a annoncé mardi qu’elle lançait une vaste campagne publique dont l’objectif est de mobiliser la population sur l’importance de soutenir les journaux.

Groupe Capitales Médias: la FPJQ lance une vaste campagne de mobilisation

Au lendemain de l’annonce de la faillite de Groupe Capitales Médias et face à la crise que traverse la presse écrite depuis plusieurs années, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a annoncé mardi qu’elle lançait une vaste campagne publique dont l’objectif est de mobiliser la population sur l’importance de soutenir les journaux.

L’organisation demande à toutes les municipalités, aux institutions ainsi qu’aux gouvernements provincial et fédéral de recommencer à publier leurs avis publics dans les journaux locaux, comme ils le faisaient jusqu’à tout récemment.

« Ces avis ne représentent qu’une très petite portion de leur budget annuel, mais sont des sources de revenus essentielles pour les journaux, dans le contexte actuel où plusieurs d’entre eux sont menacés de fermeture », indique la FPJQ, qui demande aux citoyens de faire pression à ce sujet auprès des élus.

Un effort de la part des entreprises privées d’acheter des espaces publicitaires dans les journaux est également souhaité. En marge de cette campagne, des autocollants Je soutiens mon journal seront distribués aux entreprises et aux citoyens qui en feront la demande, s’ils encouragent les journaux.

« La fermeture d’un journal a un impact direct sur la communauté qu’il dessert. C’est pour cette raison que nous avons le devoir de soutenir une presse de qualité », lance Stéphane Giroux, président de la FPJQ, rappelant au passage que la presse écrite est essentielle à la démocratie et que ce n’est ni Facebook ni Google qui produisent le contenu journalistique.