Grève prévue à l'UQO le 17 janvier

Le Syndicat des professeures et professeurs de l’Université du Québec en Outaouais (SPUQO) prévoit déclencher une grève le 17 janvier «si aucune entente satisfaisante n’est obtenue d’ici là».

Sans contrat de travail depuis le printemps 2015, les professeurs syndiqués avaient adopté à 75%, le mois dernier, le premier mandat de grève de l’histoire du SPUQO, qui prévoit une banque de dix heures de débrayage, «à déclencher au moment jugé opportun».

La présidente du SPUQO, Louise Briand, a déclaré par voie de communiqué que les demandes salariales «sont justifiées, claires et visent la reconnaissance équitable de la valeur de l’ensemble des tâches que nous accomplissons chaque jour».

Les quelque 250 membres du SPUQO sont par ailleurs conviés à une nouvelle assemblée générale dans la semaine du 12 février.

La direction de l’UQO a pour sa part indiqué sur la page Facebook de l’établissement que «des rencontres de conciliation sont prévues les 15 et 22 janvier», et se dit «confiante de pouvoir obtenir un accord par la négociation».

Pendant ce temps, une grève générale illimitée des chargés de cours - qui offrent plus de 60% des cours de premier cycle - est toujours possible. Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQO (SCCC-UQO), sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2016, a indiqué avant les Fêtes qu’il «pourra utiliser son mandat de grève générale illimitée au trimestre d’hiver 2018». Le syndicat compte 700 membres à Gatineau et à Saint-Jérôme. La dernière grève des chargés de cours de l’UQO a duré trois semaines, en 2004.