Des bénévoles qui retirent des sacs de sable durant la grande corvée du week-end dernier à Gatineau.

Grève dans la construction : les sinistrés n'ont rien à craindre

Les centaines de sinistrés qui s'apprêtent à entreprendre des travaux de rénovation dans leur maison touchée par les inondations des dernières semaines n'ont pas à craindre la visite de grévistes du secteur de la construction souhaitant faire fermer leur chantier.
Ainsi, la grève générale illimitée déclenchée dans la nuit de mardi à mercredi partout au Québec n'aura aucun impact sur les travaux de rénovation dans les zones inondées. 
« La rénovation domiciliaire n'est pas assujettie à la Loi R-20 et n'est donc pas touchée par la grève, confirme le porte-parole de l'Alliance syndicale de la construction, Nicolas Roussy. Les immeubles locatifs sont par contre assujettis, mais nous avons lancé un mot d'ordre très clair à nos membres à cet effet. Les grévistes ne doivent même pas s'approcher des chantiers de rénovation dans les zones inondées. Les sinistrés n'ont rien à craindre. »
Le directeur régional de l'Association provinciale des constructeurs d'habitations du Québec (APCHQ), Benoît Mottard, abonde dans le même sens. « Je verrais bien mal des grévistes débarquer dans les zones inondées pour faire fermer un chantier, dit-il. Ce serait le meilleur pour les grévistes de se mettre l'opinion publique à dos. »
Ce dernier ajoute que la ministre du Travail, Dominique Vien, semble avoir la mèche plutôt courte. « Si on se fie à ses derniers propos, ce conflit ne devait pas s'éterniser. Elle est déjà prête à déposer une loi spéciale pour forcer le retour au travail », note-t-il.