Le déneigement est un enjeu important de la campagne électorale.

Goneau veut que les élus assistent au déneigement

Sylvie Goneau veut mettre les élus et les citoyens à contribution pour l’élaboration d’un plan d’amélioration des opérations de déneigement si elle est élue à la mairie de Gatineau dimanche.

Dans le cadre d’un point de presse organisé pour parler de son plan en matière de services de base, Sylvie Goneau a insisté, mardi, sur le besoin de « modifier » la façon d’effectuer le déneigement à Gatineau et sur la nécessité d’atteindre les cibles fixées.

« On le voit quand ils passent sur une collectrice six fois et que c’est les étincelles qu’on voit parce que la rue est complètement déneigée, a-t-elle donné en exemple. Ce qu’on va demander, c’est qu’on passe des coups sur les collectrices, on rentre à l’intérieur des secteurs résidentiels, et on revient sur les collectrices quand il y a encore un certain montant de centimètres de neige. »

Afin que tous soient en mesure de prendre des décisions éclairées sur les opérations de déneigement, Mme Goneau entend convier élus et hauts fonctionnaires à y assister en compagnie des employés municipaux.

« À la première grande tempête, je sors le conseil municipal et la haute direction et on s’en va sur le déneigement [...] pour vraiment bien saisir et comprendre les enjeux que nos employés vivent sur le terrain », a-t-elle mentionné.

Dans le cadre d’un « budget participatif », Mme Goneau souhaite aussi « sonder la population sur le désir de réduire le temps de déneigement des trottoirs », en donnant aux citoyens des indications sur l’incidence que tout changement pourrait avoir sur leur compte de taxes.

Mesures d’urgence

Sylvie Goneau souhaite par ailleurs revoir l’approche municipale lors de situations d’urgence, notamment lors d’importantes inondations. 

« Les élus doivent être informés d’une façon plus complète et plus régulière, et on doit être rapide à mettre en place une ligne d’urgence », a-t-elle mentionné. Elle note que des citoyens ont eu de la difficulté, lundi, à joindre des employés du 311 alors que plusieurs secteurs étaient inondés en raison des fortes pluies, d’où l’importance, selon elle, d’établir une ligne dédiée aux situations d’urgence.