Sylvie Goneau voudrait changer l’attitude de la Ville d’Ottawa et du ministère des Transports pour améliorer le réseau routier de Gatineau.
Sylvie Goneau voudrait changer l’attitude de la Ville d’Ottawa et du ministère des Transports pour améliorer le réseau routier de Gatineau.

Goneau mise sur un ou deux nouveaux ponts

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Sylvie Goneau veut désengorger le réseau routier gatinois, mais pour y arriver elle devra compter sur un changement d’attitude de la Ville d’Ottawa et du ministère des Transports du Québec (MTQ) face aux demandes de la Ville de Gatineau.

La majeure partie des engagements en matière de transport présentés mardi par la candidate indépendante à la mairie de Gatineau repose sur la collaboration de ces deux partenaires inévitables. C’est ainsi que Mme Goneau persiste et signe sur la nécessité de construire un pont à l’est de l’île Kettle pour relier Gatineau et Ottawa. Elle s’engage à ce que toutes les étapes de planification et de recherche de financement pour la construction d’un nouveau pont dans l’Est soient terminées à temps pour le début de la construction en 2026.

Mme Goneau se dit persuadée de pouvoir faire changer d’avis le maire de la capitale fédérale qui s’oppose actuellement à la construction de ce pont. « Il faut que Gatineau puisse prendre sa place et dire ce qui est nécessaire pour elle et ce n’est pas un tunnel qui servira uniquement à la Ville d’Ottawa, dit-elle. Il faut une solution qui va résoudre les problèmes des deux côtés de la rivière. Il faut continuer de travailler avec le fédéral et le provincial pour que tous reconnaissent l’importance d’avoir un nouveau pont à l’Est. Je prône un partenariat public-privé pour la construction et je ne mets pas de côté la possibilité que ce soit un pont payant. »

La candidate à la mairie s’est aussi dite « très satisfaite » de la sortie du président de la Société de transport de l’Outaouais (STO), Gilles Carpentier, qui a affirmé que le MTQ doit apprendre à travailler autrement avec ses partenaires. « On a besoin d’une meilleure sensibilité du MTQ, a ajouté Mme Goneau. Il faut une plus grande collaboration de la part du MTQ pour améliorer le réseau routier gatinois. »

Un autre pont au Nord

Ainsi, Mme Goneau demande au MTQ de considérer l’élargissement du pont Alonzo ou de carrément en construire un nouveau un peu plus au Nord. Québec doit aussi presser le pas, selon elle, pour finaliser les études du prolongement du boulevard La Vérendrye. Le MTQ doit aussi refaire le boulevard Lorrain en incluant une piste cyclable et construire une nouvelle bretelle d’accès à l’autoroute 50 à la hauteur de la rue Georges. Le prolongement du Rapibus jusqu’à l’aéroport se retrouve aussi sur la liste d’épicerie à long terme de Mme Goneau. 

Des stationnements incitatifs de la STO doivent être aménagés à certains endroits le long de l’autoroute 50. 

Mme Goneau propose aussi de permettre la circulation sur trois voies dans la même direction, selon l’heure de pointe, sur le chemin d’Aylmer et d’améliorer la synchronisation des feux de circulation des deux côtés du pont Champlain afin de réduire la pression sur le réseau routier de l’Ouest. Mme Goneau dit vouloir attendre les études finales avant de se prononcer sur la pertinence d’un train léger ou d’un système rapide par autobus pour desservir les utilisateurs du transport en commun dans le secteur Aylmer. 

Le plan de transport de Mme Goneau se décline en près de 30 engagements, à court, moyen et long terme.