Gatineau

Les permis de stationnement hivernal en vente à Gatineau

Les citoyens gatinois peuvent se procurer un permis de stationnement hivernal dès ce lundi au coût de 87$ chacun, une hausse de 2$ par rapport à l’an dernier.

Ceux-ci sont disponibles dans les centres de services ou à la division du stationnement de la Ville de Gatineau.

Sur le territoire de Gatineau, il est interdit de stationner sur rue la nuit (de minuit à 6h en semaine ainsi que de 3h à 6h les week-ends) du 1er décembre au 1er avril, à moins d’être détenteur d’un permis de stationnement de nuit en hiver général.

Pour obtenir ce permis de stationnement, le citoyen doit présenter un permis de conduire avec une adresse de résidence à Gatineau.

Lors de la saison hivernale 2017-2018, un total de 2412 permis ont été achetés par des Gatinois. La Ville a donc engrangé une somme de 205 000$.

Rappelons que le décret de l’hiver à une date ultérieure au 1er décembre est possible si les conditions météorologiques le permettent.

Des avis d’interdiction de stationner pour tous y compris les détenteurs de permis seront émis dès qu’une accumulation de neige de 5 à 10 centimètres ou plus sera prévue par Environnement Canada dans la région de la capitale nationale.

À Gatineau, le constat d’infraction pour avoir stationné dans la rue lors qu’un avis d’interdiction hivernal est en vigueur s’élève à 53$. L’hiver dernier, 10 522 contraventions ont été distribuées, permettant à la Ville d’accumuler 558 000$ dans ses coffres. Il s’agissait d’une baisse de 20% par rapport à l’année précédente.

Gatineau

Budget 2019: Boudrias veut un jour d’étude de plus

La conseillère Louise Boudrias souhaite convaincre ses collègues d’ajouter une journée de travail pour étudier plus en profondeur le budget 2019 de la Ville de Gatineau. Elle proposera au conseil de reporter à la semaine prochaine les importants votes indicatifs prévus jeudi.

L’élue fera officiellement sa proposition au conseil d’ici mercredi, a-t-elle affirmé dès l’ouverture des travaux, lundi matin. Elle avait fait une demande semblable, l’an passé, mais une majorité d’élus avait refusé de l’appuyer. « Le vote sur le budget avait aussi été très serré, a rappelé Mme Boudrias. J’espère que cette année j’aurai plus d’appuis de la part des collègues. »

Mme Boudrias souhaite que le conseil se donne plus de temps pour analyser la proposition du budget faite par le comité exécutif. Elle a affirmé que ce ne sont pas tous les conseillers qui ont le même niveau d’information que ceux du comité exécutif ou encore que les élus d’Action Gatineau, plus au fait des détails, selon elle. Elle a par ailleurs critiqué le fait d’avoir reçu quatre documents de présentation à son domicile dans la journée de samedi. C’est trop tard, a-t-elle dit. 

Gatineau

Le budget 2019 à l'étude à Gatineau

Une semaine décisive pour l’année à venir, mais aussi pour le reste du deuxième mandat de l’administration Pedneaud-Jobin s’amorce, ce lundi, à Gatineau. Pendant les quatre prochains jours, les élus passeront au crible le budget 2019 et seront appelés à prendre des décisions qui détermineront une bonne part de l’activité municipale des prochaines années.

Il est déjà acquis que le conseil municipal fera un effort plus important qu’annoncé dans le cadre financier d’Action Gatineau pour réduire la pression fiscale sur les épaules des contribuables. Plutôt que l’augmentation de taxes de 2,5 % précédemment prévue, le comité exécutif a choisi de s’arrimer avec l’analyse approfondie du budget réalisée par le conseiller Gilles Carpentier, et proposera une hausse de taxes limitée à 2,1 % pour 2019. Les débats sur la taxation n’auront toutefois lieu que mercredi après-midi.

Gatineau

Vers un deuxième parti politique à Gatineau

Les chances sont de plus en plus fortes qu’Action Gatineau doivent affronter un autre parti politique lors des prochaines élections.

Le Droit a appris que l’ancien candidat à la mairie lors des élections municipales de 2017, Clément Bélanger, multiplie les rencontres, déjeuners et appels avec plusieurs intervenants des milieux politique, économique et culturel dans le but avoué de jauger l’accueil qu’aurait un deuxième parti politique dans le paysage gatinois. « L’accueil est extrêmement positif », dit-il.