L’île de Hull possède l’un des pires indices de canopée au Québec.

Ville verte, centre-ville gris

Gatineau s’affiche un peu partout comme une ville verte, mais son centre-ville est loin d’être représentatif de l’image que la Ville veut projeter. L’île de Hull affiche l’un des pires indices de canopée au Québec. En d’autres mots, les îlots de chaleur asphaltés, la trame urbaine et le passé industriel du centre-ville n’ont laissé que très peu de place aux arbres et à leur couvert végétal.

L’indice de canopée du centre-ville de Gatineau atteint tout juste 16 %. La Ville de Montréal affiche un indice d’un peu plus de 20 %. Elle s’est d’ailleurs dotée d’un Plan d’action canopée 2012-2021 dont l’objectif est de faire passer le couvert végétal des arbres à 25 %. La Ville de Québec est loin devant avec un indice de 32 %.


«  On veut commencer le travail là où c’est plus compliqué, là où il faut retirer l’asphalte, réaménager et planter.  »
Laurence Coulombe

Il y a donc bien du travail à faire dans le centre-ville de Gatineau et le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) entend s’y attaquer avec vigueur.

Certains efforts ont été faits au cours des dernières années, note Laurence Coulombe, qui conduit le projet de verdissement du centre-ville, Air ou-vert, notamment dans le quartier du musée et sur les terrains de l’école secondaire de l’Île. Le verdissement de la cour de l’école Saint-Rédempteur doit aussi avoir lieu d’ici l’automne.

La crise de l’agrile du frêne est cependant venue compliquer la tâche. De très nombreux arbres ont dû être abattus partout à Gatineau. Les cicatrices sont notamment bien visibles au parc Fontaine. L’endroit doit d’ailleurs faire l’objet d’un réaménagement. Le CREDDO souhaite avancer dans ce projet en consultant les citoyens.

Mme Coulombe salue la politique de la Ville de Gatineau de remplacer chaque frêne coupé par un nouvel arbre. « C’est très bien, mais on veut bonifier cette mesure-là, dit-elle. Il y a des endroits où on peut planter un arbre sans trop d’efforts, comme dans les parcs ou dans les emprises de la Ville, mais on veut commencer le travail là où c’est plus compliqué, là où il faut retirer l’asphalte, réaménager et planter. » L’objectif du projet Air ou-vert est d’augmenter de 1 % par année l’indice de canopée du centre-ville de Gatineau.

Le CREDDO s’affaire présentement à un inventaire des emplacements où il serait pertinent de planter des arbres. L’organisme doit recevoir un coup de pouce financier de la Fédération canadienne des municipalités jeudi. L’annonce sera suivie d’une marche exploratoire dans le centre-ville avec les élus municipaux.