La balance du bureau de poste de Wyman, qui a ouvert ses portes en 1905, est encore en excellente condition.

Vestige postal d'un village disparu

Il reste bien peu de traces, aujourd’hui, du passé commercial du village de Wyman.

Situé un peu à l’ouest de Quyon, dans le Pontiac, ce petit hameau fondé par James Wyman vers 1835, sur des terres défrichées par les barons du bois, était devenu suffisamment important au tournant du XXe siècle pour compter deux églises et un bureau de poste. 

L’endroit se résume aujourd’hui en de vastes terres agricoles. Seul le chemin Wyman agit comme rappel historique de l’endroit. Il y a au moins un autre témoin privilégié du passé de Wyman. Il est sur une tablette, bien caché dans le petit entrepôt encombré du Musée de l’Auberge Symmes, à l’abri des regards. 

La balance du bureau de poste de Wyman, qui a ouvert ses portes en 1905, est encore en excellente condition. Elle a été donnée au musée par Howard Powles, le président de l’Association des résidents de Deschênes. 

« Mon arrière-grand-mère était la propriétaire du magasin général de Wyman où elle dirigeait aussi le bureau de poste, explique M. Powles. Mon grand-père a plus tard pris la relève de l’entreprise familiale. La balance a été au bureau de poste jusqu’à sa fermeture en 1972. Mes parents avaient conservé beaucoup d’artefacts comme ça, mais je ne suis pas antiquaire. Je me suis dit que c’est le genre de pièce qui pouvait intéresser le Musée de l’Auberge Symmes. » 

Le président du musée, Gilles Laroche, admet que son organisation n’a pas encore eu le temps de déterminer la valeur patrimoniale de cette pièce. 

Les experts embauchés par la Ville de Gatineau  l’ont pour leur part rapidement identifiée comme ayant une forte valeur patrimoniale et identitaire.

À LIRE DEMAIN

Un monstre de 50 livres de fonte issu de l’évolution militaire et une correspondance entre Charles Symmes et Nicholas Sparks.