« Il y a un grand besoin pour du logement abordable pour les artistes de la région et la création de cette coopérative est une première réponse, explique Julie Martineau.

Vers un épicentre artistique

Un pas important a été franchi cette semaine pour faire de la rue Morin l'épicentre de la vie artistique de Gatineau. Le conseil municipal a approuvé, mardi, une participation financière à partir du programme AccèsLogis pour la construction d'une coopérative d'habitation de 50 unités destinées exclusivement aux artistes.
La coopérative d'habitation « Les artistes du ruisseau » a officiellement été formée en décembre dernier. « Il y a un grand besoin pour du logement abordable pour les artistes de la région et la création de cette coopérative est une première réponse, explique Julie Martineau, directrice générale de Culture Outaouais et membre du conseil d'administration de la coopérative. Des artistes de toutes disciplines confondues pourront venir y habiter. Pour plusieurs, ces logements vont permettre de réduire le stress lié au logement. »
La coopérative sera construite sur les terrains récemment acquis par la firme Boless sur la rue Morin au prix de 950 000 $. Il faut semble-t-il s'attendre à une architecture et un esthétisme particulier pour ce nouvel immeuble qui pourrait voir le jour quelque part en 2018. 
« C'est une première pierre, note Mme Martineau, mais les effets seront multiples pour le secteur des arts et de la culture. De nombreux projets artistiques pourront naître d'une telle concentration d'artistes. »
La présidente de la Commission permanente sur l'habitation, Myriam Nadeau, est d'avis que la coopérative Les artistes du ruisseau pourrait devenir une étincelle dans le centre-ville. « À eux seuls, des artistes peuvent faire revivre un centre-ville, dit-elle. Ça peut devenir un important élément de revitalisation. »
L'investissement précis nécessaire à la construction de cet immeuble de quatre étages n'est pas encore connu, mais 50 % du montant proviendra du programme provincial AccèsLogis. La coopérative et le milieu artistique financeront 35 % du projet, tandis que la Ville de Gatineau participera à hauteur de 15 %.