La Bibliothèque de Varennes

Varennes change la façon de réaliser des projets

Le maire de Varennes ne se fait pas prier pour parler de sa bibliothèque municipale. Ouverte en 2012, l’institution reçoit, chaque année, des dizaines de délégations venues de partout au pays pour s’inspirer de ce modèle de développement durable, de gestion et de financement. Il s’agit du premier bâtiment «Net Zéro» au pays, c’est à dire qui produit autant d’énergie qu’il en consomme sur une période d’une année.

Plus qu’une bibliothèque, c’est d’une véritable vitrine technologique qui fait l’envie de plusieurs autres villes au Québec dont les Varennois se sont dotés. Le maire Martin Damphousse explique que l’aventure a pris naissance en 2003. Un peu comme le fait actuellement Gatineau avec sa bibliothèque Lucy-Faris, Varennes voulait agrandir sa bibliothèque municipale, mais tergiversait à savoir s’il fallait démolir l’existante pour en bâtir une nouvelle.

À LIRE AUSSI : Le sociofinancement envisagé pour Lucy-Faris

En quelques années, les Varennois sont passés d’un projet évalué à 5 millions $ à la construction d’une bibliothèque de 9,2 millions $. La beauté de la chose, souligne-t-il, c’est que le projet final qui a été développé a reçu des subventions totalisant 6,8 millions $, dont 2,3 millions $ provenaient d’une campagne philanthropique et de sociofinancement à laquelle ont participé avec enthousiasme les entrepreneurs et les citoyens de Varennes.

Net Zéro

«La bibliothèque produit son énergie principalement grâce à ses quelque 500 panneaux solaires installés sur le toit, explique le maire Damphousse. D’autres technologies comme la géothermie et l’aération naturelle permettent au bâtiment de produire son énergie. La bibliothèque est quand même branchée sur le réseau d’Hydro-Québec. L’été, quand elle produit plus d’énergie qu’elle en consomme, elle la renvoie dans le réseau hydroélectrique. L’hiver, elle la reprend. C’est ce qui fait qu’elle arrive à un bilan zéro à la fin de l’année.»

Le mode de réalisation du projet, la «conception intégrée», attire aussi l’attention du monde municipal, plus habitué à de la gestion de projet très linéaire, note M. Damphousse. «Habituellement, les villes font faire des plans, donnent un mandat à un ingénieur, lancent des appels d’offres pour la construction et ça donne ce que ça donne, explique-t-il. Pour notre bibliothèque, on a changé nos habitudes de travail. Cela a amené des délais et des coûts additionnels, mais c’est le pari que nous avons accepté de prendre pour avoir un projet unique. Avec notre partenaire, CanmetÉNERGIE, on a choisi tous les professionnels liés au projet dès le départ, et tout ce monde-là a passé un an ensemble, assis à la même table, à définir et concevoir un projet Net Zéro.»

Six ans après son ouverture, le maire de Varennes n’hésite pas à parler de sa bibliothèque comme le «lieu central, le cœur de la fréquentation des Varennois». La bibliothèque a toujours été le bâtiment municipal le plus fréquenté à Varennes. «La fréquentation a explosé avec la nouvelle bibliothèque, affirme M. Damphousse. Il n’y a aucun comparable chez nous.»