L'administration du maire Maxime Pedneaud-Jobin tente d'améliorer la gestion municipale.

Urbanisme: Gatineau simplifie sa réglementation

La Ville de Gatineau doit faire un important pas de plus dans l'allègement de sa réglementation en urbanisme, mardi, alors que le conseil municipal aura à se prononcer sur un deuxième règlement omnibus devant simplifier et améliorer les liens entre les citoyens, les commerçants et l'administration.
Ce règlement mammouth serait beaucoup plus volumineux que le premier, adopté en septembre 2015, qui comprenait une trentaine de modifications touchant, notamment, les usages conditionnels aux bâtiments, les stationnements, la plantation d'arbres et l'affichage. 
Cette fois, la directrice du module de l'aménagement du territoire et du développement économique de la Ville, Catherine Marchand, tire dans plusieurs directions en allégeant la réglementation dans de multiples domaines relatifs à l'urbanisme. 
D'après l'ordre du jour du conseil municipal de mardi, des modifications doivent répondre à plusieurs griefs formulés depuis longtemps quant au choix des terrains lorsque vient le temps de construire une nouvelle école primaire ou secondaire sur le territoire de la Ville. Toute la réglementation concernant l'autorisation d'ateliers-résidence pour les artistes doit aussi s'y retrouver tel qu'annoncé l'automne dernier. 
Mme Marchand s'est aussi attaquée au fouillis que pouvait représenter toute la réglementation en lien avec l'insertion de nouveaux bâtiments dans un cadre déjà construit. Cette dernière avait déjà donné quelques pistes d'actions, l'an dernier, alors qu'un projet domiciliaire dans le secteur patrimonial du Vieux-Aylmer soulevait la controverse. Ces changements pourraient venir clarifier plusieurs éléments concernant l'intégration architecturale, notamment ceux relatifs à la hauteur des bâtiments. 
Gatineau profiterait aussi de ce nouveau règlement omnibus pour faire un pas de plus vers les énergies renouvelables en facilitant l'installation de panneaux solaires résidentiels. La Ville se donnerait aussi les moyens d'agir plus facilement pour lutter contre les moisissures dans les logements en se donnant des outils réglementaires pour régir le taux d'humidité acceptable dans les habitations. 
Le travail se poursuivra aussi afin de simplifier tout le système d'émission de permis d'affaires. La réglementation sera actualisée afin de s'arrimer plus facilement avec le Code de construction du Québec. 
Cet exercice entamé par l'administration du maire Maxime Pedneaud-Jobin s'inscrit dans la volonté du conseil municipal d'améliorer la gestion municipale, ainsi que dans la vaste réforme enclenchée au service d'urbanisme.