John Caluori, de Unifor, a interpellé les élus lors de la séance du conseil municipal, mardi soir.

Unifor veut des mécanismes de contrôle pour les travailleurs de Derichebourg

Le syndicat Unifor qui représente les intérêts des travailleurs de la compagnie de collecte des ordures ménagères Derichebourg accuse la Ville de Gatineau de se déresponsabiliser en n’incluant pas de mécanismes de contrôle, notamment en matière de santé et de sécurité au travail et de harcèlement en milieu de travail, dans l’octroi de contrats pour des services directs aux citoyens.

L’adjoint au directeur québécois chez Unifor, John Caluori, s’est présenté au conseil municipal de Gatineau mardi en compagnie de travailleurs de Derichebourg pour demander des comptes aux autorités municipales.

M. Caluori a signalé que la Ville a des mécanismes de contrôle à l’endroit de ses employés, mais qu’elle ne veut pas « être bâdrée » avec tous les dédales qui existent lors de l’octroi de contrat de service à des tiers.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a concédé que les mécanismes de la Ville portent sur la qualité du service et non sur la mécanique pour s’y rendre.

« Éventuellement, lors d’un nouveau contrat, je suis prêt à vous entendre à savoir s’il y a des mécanismes de plus qu’on peut se donner. Mais il est clair qu’on ne remplacera pas la CNESST et la Société de l’assurance automobile du Québec. Ce n’est pas notre rôle », a précisé Maxime Pedneaud-Jobin.

Rappelons qu’il y a impasse dans les négociations entre Derichebourg et le syndicat pour l’obtention d’un premier contrat de travail pour les employés.