La rue Bourque, dans le secteur Hull, est quasiment impraticable. D'ailleurs, la direction d'une garderie du secteur a lancé un cri d'alarme afin de faire bouger les autorités municipales.

Une rue oubliée par les déneigeurs de Gatineau

« Le matin, le soir, c'est complètement l'enfer, c'est dangereux, on dirait qu'on attend qu'un enfant meure pour faire quelque chose. »
La directrice de la garderie Excelsiori située sur la rue Bourque, dans le secteur Hull, Julie Kairouz, s'inquiète vivement pour la sécurité des parents et des enfants qui fréquentent sa garderie. Elle affirme que sa rue a été complètement oubliée par les équipes de déneigement de la Ville de Gatineau.
« La rue est devenue tellement étroite qu'il n'y a qu'une seule voiture qui peut passer à la fois, explique-t-elle. Vous devriez voir ça le matin et le soir, aux heures de pointe. C'est carrément dangereux. Les gens bloquent complètement la rue, le temps d'aller chercher ou mener leur enfant. Ça provoque des bouchons de circulation. Ça va mal finir. »
Mme Kairouz affirme avoir déposé plus d'une plainte auprès de la municipalité depuis le début de l'hiver, mais elle affirme que la situation ne fait que se détériorer, particulièrement dans les dernières semaines.
« Les parents sont de plus en plus frustrés, mais ils comprennent que je fais ce que je peux pour interpeller la Ville, dit-elle. Je paie plus de 10 000 $ en taxes municipales par année. Je suis loin d'avoir les services dont j'ai besoin pour assurer la sécurité des 50 enfants qui fréquentent ma garderie. »
« Carrément oubliée »
La conseillère du quartier, Louise Boudrias, confirme que les équipes de déneigement ont « carrément oublié » la rue Bourque lors de la dernière tempête de verglas, il y a maintenant un peu plus d'une semaine. « C'est l'enfer, je le sais, dit-elle. Nous n'arrivons pas à prendre le dessus. Je suis prête à vivre avec le fait qu'il tombe beaucoup de neige, qu'il peut y avoir des délais, mais là, c'est une question de sécurité. Les rues Bourque et Ste-Marie ont été complètement oubliées lors de la tempête de verglas, il y a une semaine. La gratte n'est même pas passée. On a perdu ces rues-là. »
Mme Boudrias entendait interpeller les services municipaux afin que ces rues reçoivent une attention immédiate.