Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les origines du cimetière Bellevue remonteraient à 1812.
Les origines du cimetière Bellevue remonteraient à 1812.

Une protection patrimoniale accordée au cimetière Bellevue

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le lieu de dernier repos des pionniers d’Aylmer, le cimetière Bellevue, est maintenant officiellement protégé. Le conseil municipal de Gatineau a adopté, cette semaine, une citation patrimoniale permettant de préserver l’intégrité du « cimetière de l’ouest » pour les prochaines générations.

Bellevue est le deuxième plus ancien cimetière européen de la région, après le cimetière St-James qui a eu 200 ans l’année passée. Il a été fondé en 1822 par Gideon Olmstead. Une fillette de trois ans, Ann Taylor, avait toutefois déjà été enterrée à cet endroit dix ans plus tôt. Les origines du cimetière remonteraient donc à 1812.

Les origines du cimetière Bellevue remonteraient à 1812.

D’une superficie d’un peu moins de 500 000 pi2, le cimetière Bellevue compte plus de 2600 sépultures. Il est géré depuis 1945 par une compagnie fondée par les églises Christ Church, St-Andrews d’Aylmer et United d’Aylmer.

La demande de protection patrimoniale émane d’une citoyenne d’Aylmer, Françoise Houle. Son mari est inhumé dans ce cimetière. La démarche a été parrainée au conseil par le conseiller Mike Duggan. Le Conseil du patrimoine de Gatineau recommandait l’adoption d’une citation patrimoniale.

« Les pressions de développement entourant le terrain du cimetière, avec un projet résidentiel massif au sud et à l’est, et la planification d’un corridor de transport en commun à haute densité le long de sa limite nord (chemin d’Aylmer) exige que ce site reçoive l’attention et le respect nécessaire », stipule la résolution adoptée par le conseil municipal mardi.