Les autorités municipales s’attendent à ce que les dépenses atteignent 23,7 millions $ s’il neige « beaucoup » en novembre et décembre, ce qui représente un déficit anticipé de 3,6 millions $.

Une proposition pour souffler davantage de neige à Gatineau [VIDÉO]

Le comité exécutif de la Ville de Gatineau recommande l’ajout de deux équipes de nuit pour effectuer du soufflage de neige l’hiver prochain, une mesure qui occasionnerait une dépense supplémentaire de 1,2 million $.

Ça se voyait sur le terrain et ça se confirme dans les chiffres : le dernier hiver a été rude, tant pour la population que pour les opérations de déneigement en sol gatinois.

La Ville a déjà dépensé les trois quarts des 20,1 millions $ prévus au budget de déneigement pour 2019. Les autorités s’attendent à ce que les dépenses atteignent 23,7 millions $ s’il neige « beaucoup » en novembre et décembre, ce qui représente un déficit anticipé de 3,6 millions $.

Pas moins de 10 556 requêtes concernant le déneigement ont été enregistrées par la Ville au cours de l’hiver 2018-2019. C’est presque le triple des quelque 3700 requêtes reçues l’hiver précédent.

En fonction de la politique de déneigement en vigueur, le « niveau de service » a malgré tout été atteint pour 17 des 18 fois où Gatineau a reçu des précipitations de plus de cinq centimètres.

Il est tombé 312 centimètres de neige lors de la dernière saison hivernale, comparativement à 235 centimètres l’hiver précédent. Gatineau a aussi reçu une vingtaine de millimètres de verglas de plus.

Les cols bleus ont ainsi été appelés à travailler davantage. Les opérations de déneigement ont coûté 1,3 million $ en heures supplémentaires à la Ville de Gatineau l’hiver dernier, une hausse d’environ 300 000 $ par rapport à l’hiver 2017-2018.

Avec toutes ces données en mains, le sous-comité temporaire du comité exécutif créé pour se pencher sur le dossier du déneigement a soumis trois recommandations pour tenter d’améliorer les opérations l’hiver prochain.

La principale vise l’ajout, sous forme de projet pilote, de deux équipes de nuit dédiées au soufflage. Le montant de 1,2 million $ nécessaire pour cette mesure serait puisé dans le « surplus libre » de la Ville.

Le comité exécutif souhaite aussi mandater l’administration pour déterminer sous quelles conditions l’interdiction de stationnement hivernal devrait être prolongée de 24 à 48 heures. « Quand il y a de grandes précipitations de neige, ça peut prendre un peu plus de temps pour que les équipes puissent repasser une deuxième fois, donc un 48 heures peut être nécessaire dans certains cas », a indiqué le président du comité exécutif, Cédric Tessier.

Il est finalement recommandé que le sous-comité temporaire sur le déneigement poursuive son mandat jusqu’au printemps 2020. Ces recommandations seront soumises au vote lors de la réunion du conseil municipal de mardi prochain.

Cédric Tessier est conscient que la Ville ne « va pas tout régler en un seul hiver ». « Les deux problèmes majeurs qui ont été identifiés, c’est le soufflage en général et le déglaçage des trottoirs, donc c’est là-dessus qu’il faut que l’on se concentre », a-t-il mentionné.

Chaque saison hivernale ayant ses particularités, il n’est « pas impossible » que certaines mesures soient prolongées afin qu’elles puissent être analysées adéquatement.

« Mangeurs de glace »

Gatineau devra aussi effectuer certains tests avec les deux appareils « mangeurs de glace » (ice eater) qu’elle a acquis. Les premiers tests à des températures au-dessus de 0 °C ont été concluants, mais des essais seront effectués lorsque le mercure tournera autour de -10 °C et -15 °C. 

Les résultats permettront aux autorités municipales d’évaluer la pertinence d’acquérir d’autres appareils de la sorte pour aider au déglaçage des trottoirs.