Une lettre envoyée neuf jours plus tôt par le fondateur d’Aylmer à l’homme d’affaires Nicholas Sparks est en fait une convocation à assister à l’assemblée générale des actionnaires du bateau à vapeur Lady Colborn.

Une lettre de Symmes à Sparks

De grosses affaires se sont probablement brassées le 11 février 1836 ,à l’Hôtel Aylmer, aujourd’hui l’Auberge Symmes. L’immeuble emblématique profitant aujourd’hui de la plus importante protection patrimoniale en Outaouais n’est construit que depuis cinq ans à ce moment. Les Patriotes sont encore à fomenter leur rébellion qui sera lancée l’année suivante.

Une lettre envoyée neuf jours plus tôt par le fondateur d’Aylmer, Charles Symmes, à l’homme d’affaires Nicholas Sparks, qui gagne de plus en plus d’influence à Ottawa, est en fait une convocation à assister à l’assemblée générale des actionnaires du bateau à vapeur Lady Colborn. «Il s’agit d’y traiter des affaires de l’année courante et évaluer à cette occasion la pertinence de réviser les statuts de ladite société», précisait Charles Symmes dans cette missive probablement transmise en main propre par un messager. 

À cette époque, Aylmer est un pivot commercial important qui fait le lien entre le Bas et le Haut-Canada. Marchands de fourrure, commerçants de bois, travailleurs forestiers et amérindiens animent un village qui n’est pas de tout repos. Les premiers bateaux à vapeur, dont le Lady Colborn, jouent un rôle primordial dans le développement du secteur. Ils facilitent le transport de nombreux immigrants et d’une quantité impressionnante de marchandises. 

L’année de 1836 est charnière dans le milieu des affaires à Aylmer. C’est cette même année que Charles Symmes invite le futur baron du bois, Robert Conroy, à gérer les installations de débarquement situées en face de l’auberge. On peut fort bien imaginer que ce dossier fût à l’ordre du jour ce 11 février 1836. À la même époque, une compagnie de diligences voit le jour à Aylmer afin de faire la navette entre l’auberge et Bytown (Ottawa). Peut-être que Nicholas Sparks a abordé la question avec ses partenaires d’affaires d’Aylmer et du Pontiac.

Le président du Musée de l’Auberge Symmes, Gilles Laroche, explique que c’est un bénévole du musée qui a trouvé cette lettre dans les confins du site d’enchères eBay, il y a quelques années. Elle appartenait à un Américain. Cette lettre est aujourd’hui exposée sur l’un des murs de l’immeuble où elle a probablement été écrite il y a près de 200 ans.

À lire demain :

Soupe aux pois pour les bûcherons, et le passé remonte à la surface de l’eau à Bristol.