Mia Guertin-Crête écoute les conseils de l'artiste Mathieu Desilet.

Une fresque pour le 150e de la Confédération

Les jeunes de la région seront au coeur des activités commémoratives du 150e anniversaire de la Confédération canadienne à Gatineau en prenant part à la réalisation d'une fresque graffiti.
L'oeuvre de 80 mètres carrés affichera le nom de Gatineau 2017, à laquelle seront jointes 150 pièces triangulaires, décorées d'images représentant 150 adjectifs qui définissent le Canada. Une esquisse du produit final a été dévoilée lors d'une conférence de presse, mardi. Le produit final sera affiché sur la devanture du Centre sportif de Gatineau à la mi-mai.
Les quelques 250 participants proviennent de cinq écoles secondaires de la région, à savoir l'école anglophone Symmes-D'Arcy-McGee, le Collège Saint-Joseph de Hull, et les écoles secondaires Nicolas-Gatineau, du Versant et Mont-Bleu.
Ils concevront ce projet en collaboration avec la Commission jeunesse, le Service des loisirs, des sports et du développement des communautés et le programme de prévention des tags et graffitis de la Ville de Gatineau. Trois artistes de la région, Lukasz Bober, Mathieu Désilets et Philippe Landry, serviront de mentors aux élèves.
Le directeur du Service des loisirs, des sports et du développement des communautés, Yess Gacem, souligne l'originalité du projet. « C'est une excellente opportunité pour la jeunesse de se mettre en valeur dans le cadre des célébrations qui vont avoir lieu pour le 150e », mentionne-t-il. 
L'oeuvre collective de la Commission jeunesse est le premier projet à impliquer les jeunes dans le contexte du 150e à Gatineau. « Pour nous, c'est super important de souligner l'implication des jeunes dans un projet aussi inclusif et rassembleur », insiste la porte-parole de la Commission jeunesse, Mia Guertin-Crête, une étudiante à l'école secondaire de L'Île.
Agente au Service des loisirs, des sports et du développement des communautés et responsable du programme de prévention des tags et graffitis à la Ville de Gatineau, Marie-Noële St-Pierre croit que cette initiative contribuera écarter les créations illégales. « On sensibilise [les jeunes] aux graffitis illégaux et aux conséquences. Ça fait en sorte qu'il y a un plus grand respect des biens publics et privés », explique-t-elle. 
Le conseiller pour le district du Plateau, Maxime Tremblay, a salué l'implication de la Commission jeunesse dans l'organisation des festivités de la Confédération. « C'est un excellent projet, puis c'est le fun de voir les initiatives qui se font en dehors du comité du 150e », affirme-t-il.
Élizabeth Séguin, collaboration spéciale