Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a fait un bilan de ce début de deuxième mandat à la tête de la Ville.

Une dynamique «complètement renouvelée» au conseil

Du train léger au cannabis, les enjeux importants qui se sont présentés aux élus dans les derniers mois n’ont pas manqué, mais ce qui marque davantage le maire de Gatineau en ce début de deuxième mandat c’est la « dynamique complètement renouvelée » au conseil.

« On a une volonté de travailler de façon constructive et de faire avancer Gatineau de manière positive, a lancé Maxime Pedneaud-Jobin, en guise d’ouverture de son traditionnel bilan qui précède les vacances estivales. J’espère que c’est à l’image du reste du mandat. Même dans le désaccord, il y a une volonté d’arriver à une solution plutôt qu’une volonté d’affrontement. »

Cette ambiance de travail assainie a permis de solidifier certains liens de confiance. Le maire affirme ne pas hésiter à s’appuyer « de façon plus intense » sur certains collègues qui ont du même coup vu leur rôle autour de la table gagner en importance.

Le maire a souligné l’apport de Gilles Carpentier, qui comme président du comité exécutif joue un rôle important dans les opérations municipales. « Les grandes villes ont un président du comité exécutif et un maire qui se séparent la gestion des affaires de la ville, note M. Pedneaud-Jobin. On se rencontre chaque semaine. Ensemble, on est la fonction exécutive de la Ville. »

Cette façon de fonctionner permet au maire de jouer son véritable rôle, estime M. Pedneaud-Jobin. « Je peux me rapprocher du terrain dans des dossiers précis comme les bibliothèques, la gouvernance ou la négociation du nouveau pacte fiscal avec le gouvernement, dit-il. Ça me permet de m’investir dans des dossiers plus stratégiques et ainsi jouer ma fonction de maire.

Le maire a aussi souligné le rôle joué par Renée Amyot et sa commission dans le dossier du cannabis, celui de Daniel Champagne dans l’épineux dossier de l’Ombudsman.

Six mois en bref
Le dossier des matières résiduelles aura marqué ce début de mandat, a indiqué le maire.

Il ajoute au bilan de ce début de mandat le rapport et les conclusions du Sommet du vivre ensemble qui seront publiées l’automne prochain. Il rappelle que les citoyens profitent déjà d’heures allongées pour les piscines publiques extérieures et que le sentier culturel dans le centre-ville est maintenant permanent. Gatineau s’attend aussi à ce que Québec inscrive son projet de 2 milliards $ pour un train léger au programme fédéral d’infrastructure.

De nouvelles orientations ont été données pour la bibliothèque Lucy-Faris. Place des pionniers croulera sous le pic des démolisseurs.

Les plus importants groupes d’emplois au sein de la fonction publique municipale ont tous un contrat de travail pour encore plusieurs années.