La neige empêche des centaines de puisards d’évacuer l’eau dans des rues de Gatineau.

Une dispute contractuelle nuit au soufflage des rues à Gatineau [EXCLUSIF]

EXCLUSIF / Une mésentente contractuelle entre Gatineau et l’entreprise Gauvreau complique grandement les opérations de soufflage dans le centre-ville depuis maintenant plusieurs jours, a appris Le Droit.

La Ville et l’entrepreneur ne s’entendent plus sur les termes du contrat de soufflage touchant spécifiquement une grande partie du secteur Hull. Il s’agit d’un contrat garanti de 75 000 $. Une fois ce montant atteint, la Ville doit payer l’entrepreneur à l’heure. « Mon équipe et mes équipements pour le centre-ville n’ont pas bougé depuis près de deux semaines, précise le propriétaire de l’entreprise, Denis Gauvreau. Je ne veux pas trop en dire pour l’instant parce qu’il y a un risque de judiciarisation. »

Le président du comité exécutif et conseiller du centre-ville, Cédric Tessier, a confirmé l’information, jeudi, en fin d’après-midi. Il précise que des discussions sont en cours entre la Ville et l’entrepreneur pour dénouer l’impasse. Signe que les pourparlers semblent difficiles entre les deux parties, la Ville de Gatineau vient de lancer un appel d’offres afin de trouver un autre entrepreneur pour prêter main-forte aux équipes municipales pour souffler les rues du centre-ville. M. Tessier dit espérer que la Ville soit en mesure d’octroyer un nouveau contrat pour le centre-ville vers la fin du mois de février.

La dispute contractuelle force la Ville de Gatineau à redéployer ses équipes de cols bleus pour terminer, en priorité, le soufflage des rues du centre-ville. Cela force évidemment à reporter à plus tard des opérations de soufflage dans d’autres quartiers jugés moins prioritaires « On fait habituellement 800 mètres à l’heure, mais c’est difficile de dire quand le travail sera terminé, je n’ai pas d’information à savoir où sont rendues les opérations », a indiqué M. Tessier.

Autre équipe immobilisée

Un autre contrat de soufflage lie l’entreprise Gauvreau à la Ville de Gatineau pour le secteur ouest. Ce contrat ne fait pas l’objet de mésentente, mais M. Gauvreau précise que la Ville n’a pas fait appel à ses services depuis vendredi dernier. « Je ne comprends pas pourquoi la Ville ne me fait pas souffler dans l’ouest et dans le Plateau, dit-il. Les besoins sont grands. Il y a des puisards bloqués partout parce qu’il y a trop de neige sur le bord des rues, mais la Ville ne me donne pas le go. »

M. Tessier précise que le secteur ouest n’est actuellement pas dans une « séquence de soufflage » en raison des dernières précipitations et de celles à venir dans les prochains jours. « Le soufflage ne permet de débloquer que quelques dizaines de puisards par jour, alors que nous en avons actuellement des centaines à débloquer, dit-il. Nous nous préparons pour amorcer une séquence de soufflage dans le secteur ouest au courant de la fin de semaine. » Le refroidissement soudain survenu entre mardi soir et mercredi matin donnera beaucoup de fil à retordre aux équipes de cols bleus qui sont impliquées dans une course contre la montre pour débloquer des centaines de puisards aux quatre coins de la ville. Douze équipes de cols bleus étaient dédiées uniquement à cette tâche, mardi. Depuis le 4 février, jusqu’à 15 h, mardi, un total de 258 requêtes ont été enregistrées au 3-1-1 pour des puisards bloqués et de l’accumulation d’eau sur la chaussée.