Un dôme sportif devait être construit à Limoges en 2017. L’annulation du projet a coûté 250000$ à la municipalité de La Nation

Une annulation de 250000$

La Nation a dépensé plus de 250 000 $ en frais d’avocat pour régler le dossier du dôme sportif à Limoges. Une somme qui a dû être épongée par les autres services municipaux afin d’effacer le déficit de l’année 2018.

Évalué à environ 4,7 millions $, le projet initialement confié à l’entreprise Saint Joseph Developments devait être construit durant l’été 2017. Le 5 mars 2018, le conseil municipal de La Nation a tenu une réunion à huis clos pendant laquelle le projet de dôme sportif a été annulé. Presque sept mois plus tard et une semaine avant les élections municipales, une entente entre Saint Joseph Developments et la municipalité de La Nation a été signée, à huis clos une fois de plus. Trois jours avant les élections du 25 octobre, un chèque de 253 838,30 $ a été octroyé à l’entreprise.

L’ex-maire de La Nation, Denis Pommainville, se questionne sur le moment de la signature du chèque.

« Pourquoi était-il nécessaire de régler une semaine avant le résultat des élections ? Si le dossier avait éclaté pendant la campagne, les résultats électoraux auraient été différents », croit celui qui avait fait campagne en octobre dernier contre l’actuel maire de La Nation, François St-Amour.

Ce dernier affirme que cette entente ne sort pas de l’ordinaire. « On budgète au commencement de l’année, et après, s’il y arrive des affaires, parfois on dépense, parfois on ne dépense pas. Les taxes augmentent en même temps que le coût de la vie. Une municipalité est toujours susceptible de menaces de se faire poursuivre. »

Manque de transparence ?

Candidat défait à la marie aux dernières élections municipales de Limoges, Dave Mushing, déplore le manque de transparence du conseil municipal de La Nation.

Celui-ci a déjà envoyé trois demandes d’accès à l’information à la municipalité.

Dans sa dernière demande, il s’intéressait à la nature de l’entente entre la municipalité et Saint Joseph Developments.

L’administration de La Nation lui a répondu qu’elle ne donnerait pas suite à sa requête, en raison de la section 12 de la Loi sur l’accès à l’information municipale et la protection de la vie privée, citant le secret professionnel des avocats. « Si vous n’êtes pas satisfait avec les décisions ou les réponses offertes, vous pouvez faire appel au Commissaire », lui avait-on répondu.

Le maire St-Amour ne bronche pas : « Cette entente a été réglée à huis clos et elle est confidentielle », martèle-t-il.

Pour M. Pommainville, le public a droit à des réponses. « Quand vous avez un maire qui veut tout cacher comme ça, tout ce qu’on peut assumer, c’est qu’il y a anguille sous roche. Cet accord engendre 2,5 % d’augmentation des taxes, alors on a le droit de savoir pourquoi on va payer plus. »

Il a été impossible de joindre Saint Joseph Developments pour une entrevue.

Deux semaines d’appel d’offres

En 2016, l’appel d’offres lancé par la municipalité pour le projet de dôme sportif accordait deux semaines aux entreprises pour finaliser leur soumission. Une période beaucoup trop courte, déplore M. Pommainville. « Ce n’est absolument pas normal. Dans des contrats majeurs comme ça, avec plusieurs millions de dollars, on donne au moins 30 jours. »

Aux dires de ce dernier, deux autres entreprises ayant démontré un intérêt face au projet avaient demandé une extension de la période d’appel d’offres, mais la municipalité avait refusé.

« On était pressé. Est-ce que c’est trop court ? Ça dépend pour qui », réplique le maire François St-Amour. Marc Laflèche était le seul membre du conseil municipal qui s’était opposé au projet de dôme sportif, en raison de la proximité du dôme d’Embrun. « C’est à 15 minutes d’Embrun. Tout ce que je demandais, c’était une étude de faisabilité pour voir si on avait une population assez grande pour faire vivre ce dôme. »

La municipalité doit repartir à zéro. Tous les plans précédents ont été effacés, et l’endroit où sera construit le centre n’est plus assuré. Plutôt que de s’appuyer sur une entreprise privée pour gérer le projet, elle le fera de façon autonome. Une période de consultation a permis de sélectionner quatre firmes pour la conception du nouveau centre.