Toute la zone industrielle et commerciale comprise entre le corridor du Rapibus et le boulevard Saint-Joseph, derrière le Pilon Ltée, sera appelée un jour à se transformer.
Toute la zone industrielle et commerciale comprise entre le corridor du Rapibus et le boulevard Saint-Joseph, derrière le Pilon Ltée, sera appelée un jour à se transformer.

Un secteur oublié du centre-ville de Gatineau à repenser

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Un secteur important du centre-ville de Gatineau dont l’avenir a été complètement occulté depuis dix ans doit faire l’objet d’une réflexion quant à son développement futur. Toute la zone industrielle et commerciale comprise entre le corridor du Rapibus et le boulevard Saint-Joseph, derrière le Pilon Ltée, sera appelée un jour à se transformer. Aussi bien commencer tout de suite à penser à ce que ça pourrait devenir, propose le conseiller municipal Cédric Tessier.

L’idée, s’empresse-t-il d’ajouter, n’est surtout pas de forcer ces entreprises à déménager. «Elles répondent à une demande commerciale à travers la ville, dit-il. On ne veut certainement pas s’en débarrasser, mais une ville ça se réinvente, ça se développe sur elle même. Au fil des ans, des décennies, les commerces se transforment et se déplacent.»

La réflexion porterait évidemment un regard sur un horizon à long terme. Le nouveau plan d’urbanisme de la Ville de Gatineau prévoit le développement de zones axées sur le transport en commun (ZATC) à proximité du corridor du Rapibus. La présence d’industries lourdes ou semi-lourdes dans le secteur se conjugue mal avec du résidentiel, mais l’endroit pourrait devenir une ZATC commerciale mixte, avance M. Tessier.

Un premier aperçu du potentiel de cette zone pourrait d’ailleurs venir plus tôt que tard. Le départ de l’Aubainerie, sur le boulevard Montclair, a laissé un énorme terrain complètement inoccupé en plein centre-ville. «C’est un site important, note M. Tessier. Qu’est-ce qu’on souhaite sur ce terrain-là? Il faut des réflexions sur des choses qui pourraient arriver rapidement ou dans plusieurs années.»

Site Guertin

Une autre réflexion qui doit se faire c’est celle de l’avenir du site de l’aréna Robert-Guertin. La construction du Centre Slush Puppie, après quelques embûches, se poursuit. Viendra le jour de la démolition du vénérable amphithéâtre. La Ville n’a toujours pas amorcé la réflexion sur ce qu’elle entend faire avec cet énorme terrain qui lui appartient en plein coeur de son centre-ville.

M. Tessier affirme que le dossier devait faire l’objet de discussion en 2020, mais qu’il s’agit d’un des dossiers parmi plusieurs autres à Gatineau à avoir passé dans la moulinette de la pandémie de COVID-19. «On n’a pas été en mesure d’aborder ce sujet cette année, dit-il. On devait le faire. Mon objectif c’est qu’on puisse le faire l’hiver prochain.»

La consultation publique qui se fera dans le cadre du bilan du Plan particulier d’urbanisme (PPU) pourrait être une occasion pour les Gatinois de partager leurs aspirations face à l’avenir de ce lieu qui est au coeur de leur vie sportive depuis plus d’un demi-siècle.

«Je suis tout à fait ouvert, dit M. Tessier, mais moi je ne change pas d’idée par rapport à la vocation de ce terrain qui doit être mixte, à savoir résidentiel et commercial. La proximité de l’autoroute nous contraint aussi à certaines obligations en raison du bruit. Il doit y avoir un minimum de bâtiments commerciaux pour créer un écran contre le son.»