Le conseiller Mike Duggan

Un processus antidémocratique, dit Duggan

Le conseiller municipal Mike Duggan sévit de nouveau en écorchant au passage l'administration municipale et le cabinet du maire Maxime Pedneaud-Jobin au sujet de l'épineux dossier de la résidence du 79, chemin Fraser. En entrevue avec LeDroit, il prétend que les deux entités ont fait équipe dans l'espoir de convaincre les élus d'accorder la dérogation mineure, n'hésitant pas à qualifier le processus « d'antidémocratique » et de « biaisé ».
Selon l'élu du district de Lucerne, certains documents importants n'ont pu être consultés par les conseillers municipaux avant leur prise de décision finale le 8 juillet dernier, l'administration ayant beaucoup filtré l'information qui lui a été transmise par le groupe de résidents opposés à la dérogation. Il soutient en être venu à cette conclusion après avoir récemment rencontré les citoyens de la rue, lui qui comme trois de ses collègues (Richard Bégin, Myriam Nadeau et Cédric Tessier) leur a accordé son appui en votant contre la résolution.
« C'est l'administration qui choisit l'information qui est ensuite dévoilée aux élus. Dans ce cas-ci, c'était complètement biaisé dans le but que notre décision penche en faveur de la dérogation. L'analyse n'était pas objective et ça a affecté le résultat. C'est antidémocratique », lance-t-il sans détour.
À son avis, il est « clair » qu'il y a eu coopération entre l'administration municipale et le cabinet du maire dans cette affaire dans le but de convertir des votes. Informé au sujet des propos de son collègue, le conseiller Maxime Tremblay a préféré s'abstenir de commentaires, alors que d'autres élus à la table du conseil n'avaient pas retourné nos appels au moment d'aller sous presse.
Seul Cédric Tessier a réagi, ne corroborant pas les affirmations de M. Duggan même s'il a lui aussi voté contre la dérogation.
« Je ne crois pas que ça s'est passé ainsi. La position du cabinet du maire était claire, mais je ne crois pas qu'il y a eu complot. Je pense que nos employés sont professionnels et que le cabinet du maire n'aurait pas pu être plus transparent », a-t-il dit.
Le cabinet du maire Pedneaud-Jobin n'a pas tardé à réagir à la sortie médiatique de Mike Duggan. « L'ensemble des élus du conseil avaient tout en main pour prendre une décision éclairée. Tous les documents nécessaires à la prise de décision avaient été mis sur la table », soutient l'attachée de presse du maire, Laurence Gillot.