Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
René Coignaud n’est pas officiellement enregistré auprès du Directeur général des élections du Québec, mais sa candidature dans le district de Hull-Wright est officiellement déclarée.
René Coignaud n’est pas officiellement enregistré auprès du Directeur général des élections du Québec, mais sa candidature dans le district de Hull-Wright est officiellement déclarée.

Un premier candidat aux élections municipales dans Hull-Wright

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
René Coignaud est le premier candidat officiel à briguer le poste de conseiller du district de Hull-Wright aux prochaines élections municipales de Gatineau l’automne prochain. 

Il en a fait l’annonce sur sa page Facebook professionnelle mardi. M. Coignaud n’est pas officiellement enregistré auprès du Directeur général des élections du Québec, mais sa candidature est officiellement déclarée. Considérant le contexte actuel avec la pandémie de COVID-19, il s’y est pris autrement que lors des précédentes élections où il s’était également présenté comme conseiller indépendant dans le même district. «La dernière fois, j'avais fait du porte-à-porte, je m’étais promené partout dans le district pour récolter des signatures. Là, évidemment, c’est [plus compliqué]. En me déclarant, c'est plus facile pour moi d’approcher les gens pour une signature.» 

Durant sa prochaine campagne, M. Coignaud désire surtout rallier les gens autour des enjeux locaux. «Il faut créer des attentes. Ce qui est le plus dur, c'est de voir que les enjeux n'avancent pas. [...] Il faut qu’il y ait des attentes envers tous les candidats, pas juste moi», explique-t-il. Ça fait longtemps que je travaille sur le terrain, ça fait longtemps que je travaille sur les enjeux. Je pense que c’est ça qu’on a besoin au conseil municipal et ça paraît quand on ne l'a pas.» 


« L’itinérance c’est vraiment la pointe de l'iceberg du problème. Il faut faire beaucoup mieux. »
René Coignaud

L’un de ces gros enjeux auxquels il compte s’attaquer est la crise du logement et l'itinérance, qui sera son cheval de bataille. «L’itinérance c’est vraiment la pointe de l'iceberg du problème. Il faut faire beaucoup mieux. Je ne dis pas que rien n’a été fait, mais pour moi c’est absolument inacceptable qu’on ait démantelé à répétition les tentes des gens en situation d’itinérance cet été, surtout quand ça ne donne pas de résultat», donne-t-il en exemple. «Quand les autorités ont ignoré pendant des mois le fait que même des gens qui étaient prêts à aller en refuge se faisaient retourner de bord parce qu’il n’y avait pas assez de place à [l'aréna Robert-Guertin], c’est le genre de chose qui m’a choqué. C’est le genre de chose qui n'arrive pas quand les élus sont sur le terrain, sont proches des gens sur le terrain.» 

S’il est élu, l'homme de 40 ans succèderait au conseiller Cédric Tessier, qui occupe actuellement le poste.