L'’une des idées en analyse par la Ville et les organismes oeuvrant en logement est la création d’un parc de maisons mobiles spécialement destiné à répondre aux besoins d’urgence lors de catastrophe ou lorsque le marché du logement locatif est en crise.

Un parc de maisons mobiles d’urgence à Gatineau?

Les inondations de 2017, la tornade de septembre 2018 et la crue printanière actuelle ont vivement affecté le parc de logement abordable de Gatineau, si bien que la Ville est forcée d’analyser la faisabilité et la pertinence de mesures d’urgence qui sortent carrément de l’ordinaire.

L’une des idées en analyse par la Ville et les organismes oeuvrant en logement est la création d’un parc de maisons mobiles spécialement destiné à répondre aux besoins d’urgence lors de catastrophe ou lorsque le marché du logement locatif est en crise, a appris Le Droit. Le coordonnateur de Logemen’occupe soutient qu’un tel outil éviterait de devoir reloger parfois pendant des mois des familles entières dans des hôtels.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, refuse pour l’instant de se prononcer à savoir si un parc de maisons mobiles est une bonne solution. «Pour moi, ça fait partie des solutions à évaluer pour ne pas qu’on se retrouve chaque fois dans la même situation, affirme-t-il. Mais il n’est pas question, à Gatineau, de laisser du monde dans la rue. On est une ville qui a des ressources et les gens n’ont pas à se retrouver dans une situation comme celle qu’ils vivent actuellement.»

Beaucoup d’analyses restent toutefois à faire avant de voir un tel plan se réaliser. «Est-ce que ça aurait des effets pervers? Demande le maire. Un des enjeux c’est que le temporaire devienne permanent. Un parc comme ça aurait besoin de soutien communautaire. Est-ce qu’on a une place pour faire ça? Il faut voir si c’est une solution viable. On va regarder ça.»

François Roy salue l’ouverture de la Ville de Gatineau à au moins analyser une telle solution. Il ajoute qu’une expérience semblable a été très bénéfique à Vancouver, là où une sévère crise du logement sévit depuis des années.