Le Complexe aquatique extérieur du Parc Delpha-Sauvé, à Salaberry-de-Valleyfield.

Un nouveau type de piscine publique pour remplacer celle de Masson-Angers

Tout indique que la piscine Jack-Eyamie de Masson-Angers qui est en bris de service depuis 2018 sera transformée en un bassin multifonctionnel en 2021. Cette nouvelle infrastructure aquatique extérieure serait une première à Gatineau et pourrait bien être un avant-goût de ce qui attend les autres secteurs de la municipalité dans les années à venir.

Le service des loisirs, des sports et du développement des communautés a présenté au conseil, mardi, le fruit de ses travaux amorcés en 2017 dans le but de transformer son parc aquatique vieillissant. Dans le cas de la piscine Jack-Eyamie, identifiée comme une priorité, trois différents scénarios ont été analysés par les fonctionnaires. Les élus auront à se prononcer officiellement lors du conseil municipal de février, mais l’option du bassin multifonctionnel, plus cher que la piscine extérieure traditionnelle, semble avoir une longueur d’avance pour une majorité de conseillers. 

Le projet comprendrait un bassin récréatif, un bassin dédié à la nage, un bain à jets, une terrasse aménagée et ombragée et un éclairage permettant une utilisation en soirée. Le conseil municipal avait déjà réservé un montant de 1,3 million $, en 2018, pour remplacer la piscine de Masson-Angers, mais cette réserve ne serait pas suffisante pour financer la totalité des travaux. L’administration, sur la base d’une estimation sommaire, évalue à 2,57 millions $ les coûts d’un tel projet. Il est proposé au conseil de piger dans certaines réserves et dans les surplus de l’ancienne ville de Masson-Angers pour financer le manque à gagner.

L’autre option présentée aux élus qui prévoyait la construction d’une fontaine architecturale pour près de 3 millions $ n’a pas soulevé beaucoup d’enthousiasme autour de la table du conseil municipal. 

«Pour les gens du secteur, c’est un avancement, a noté le conseiller du quartier, Marc Carrière. On ne peut que se réjouir d’une telle augmentation de service. On va répondre aux besoins d’un plus grand nombre de personnes. C’est certain que ç’a été long, mais quand on voit le produit final, je pense que ça valait la peine. C’est certain que les citoyens devront encore se déplacer un certain temps pour se rafraîchir, mais ça valait la peine d’être patient et maintenant j’ai hâte qu’on puisse tourner la page dans ce dossier.»

La piscine publique avant les jeux d’eau

L’exercice mené par le service des loisirs dépasse largement la seule piscine de Masson-Angers. La Ville souhaitait se doter d’un outil d’aide à la décision qui pourra être utilisé lorsque les piscines extérieures existantes arriveront en fin de vie utile ou lorsque le conseil décidera d’investir plus massivement dans son offre aquatique. Un examen mené par la firme Planifika déposé en 2017 recommande la démolition à court terme des piscines Desjardins et Fontaine, et des piscines Laurent-Groulx, Manoir-des-Trembles et Eugène-Sauvageau à moyen terme. Des recommandations doivent être déposées au conseil municipal à cet effet en novembre prochain. 

Au départ, le conseil croyait que l’avenir était aux jeux d’eau et que le règne de la bonne vieille piscine municipale avait fait son temps. Les consultations menées en 2019 ont démontré tout le contraire. En général, les Gatinois apprécient les piscines extérieures et souhaitent que la Ville investisse dans ce type d’infrastructure. Les répondants du secteur Hull ont pour leur part été nombreux (59 %) à dire qu’ils souhaitent un centre aquatique intérieur pour les desservir. 

Le président de la commission des loisirs, des sports et du développement des communautés, Martin Lajeunesse, admet avoir été surpris par ces résultats. «Nos rapports disaient que les anciennes piscines étaient démodées», a-t-il noté.