La mise en valeur du Quartier-du-Musée n’a pas encore d’encadrement officiel.

Un «musée à ciel ouvert» dans le centre-ville

Protéger le Quartier-du-Musée ne doit pas être une fin en soi. La formule a été répétée souvent depuis l’important vote du 28 août dernier, quand le patrimoine l’a emporté sur les tours Brigil. L’étape suivante doit être la mise en valeur du secteur, et jusqu’ici on ne sait pas exactement ce que la Ville de Gatineau a en tête. Les premières réponses viendront à la fin du mois.

La commission des arts, de la culture et des lettres présidée par la conseillère Isabelle N. Miron doit recevoir un premier état des lieux par l’administration le 30 janvier prochain. Les discussions qui en découleront feront éventuellement l’objet d’une recommandation formelle au conseil municipal qui devra statuer.

Le travail de recherche historique a largement été fait.

L’ouvrage Le Quartier-du-Musée - Histoire et architecture, publié aux Presses de l’Université d’Ottawa, est une brique de 400 pages qui contient les analyses architecturales, historique, d’ancienneté et d’authenticité de 63 bâtiments du secteur.

L’auteure et historienne Michelle Guitard a de plus remonté toute la chaîne de titres pour chacune des propriétés. Cela permet de connaître qui ont été les propriétaires et les locataires de tous les immeubles, de 1871 à 2016.

Une partie du travail dans le Quartier-du-Musée sera d’utiliser les faits historiques qui ont été colligés et les rendre disponibles et intéressants pour le plus grand nombre. Mme Miron dit ne pas encore connaître les scénarios qui seront proposés par l’administration. Le Théâtre des dérives urbaines va continuer son travail, l’archiviste Michel Prévost va probablement continuer d’organiser des visites guidées dans le quartier, mais la Ville assure vouloir s’impliquer davantage dans ce chantier.

Outil numérique

« Il pourrait aussi y avoir quelque chose d’interactif, des capsules web, un outil numérique, indique la présidente la commission. Il faut offrir quelque chose qui peut rejoindre le plus de monde possible. Ma préférence, c’est d’aller vers un outil numérique, quelque chose qui permettrait aux citoyens de visiter le quartier en étant libre, un outil qui permettrait de transformer l’endroit en musée à ciel ouvert. »

Accompagnement réglementaire

La citation patrimoniale du Quartier-du-Musée vient aussi avec un lot de contraintes réglementaires. À ce chapitre, la Ville de Gatineau doit accompagner les propriétaires touchés, affirme Mme Miron.

Les différents programmes existants pour encourager la rénovation domiciliaire, mais aussi les nouvelles exigences réglementaires pourraient représenter un fardeau pour les gens s’ils sont mal informés. « Nous allons éviter ça », insiste la conseillère.

Mme Miron précise que d’autres instances municipales que sa commission seront éventuellement appelées à se pencher sur le Quartier-du-Musée. « Il y a encore des terrains vacants à développer et des maisons qui n’ont pas de valeur patrimoniale, dit-elle. Il y a des choses à faire dans ce quartier pour le rendre encore plus attrayant. »

Quant à l’intégration du Quartier-du-Musée au Sentier culturel, rien n’est encore clair à ce sujet. Le sujet pourrait revenir à la table de la commission à la fin du mois puisque le Sentier culturel est aussi l’un des sujets à l’ordre du jour, précise la présidente.