Le conseil municipal de Gatineau injectera 955 000$ dans un programme d'interventions visant à «sauver» le lac Beauchamp.

Un million pour sauver le Lac Beauchamp

Parce que ne rien faire équivaudrait à accepter ni plus ni moins que sa mort, le conseil municipal adoptera, la semaine prochaine, une dépense de 955 000 $ pour tenter de sauver le lac Beauchamp.
Les élus, comme le reste des Gatinois n'ont toutefois aucune garantie que les interventions qui seront faites permettront au lac de survivre. « On ne peut plus continuer sans rien faire, insiste la directrice du service de l'environnement, Chantal Marcotte. On est à la croisée des chemins. Ne rien faire c'est accepter le vieillissement accéléré du lac qui finirait par se transformer en endroit humide où les activités récréatives deviendraient impossibles. »
L'investissement de la Ville de Gatineau permettra d'agir à plusieurs niveaux en même temps afin de reprendre le contrôle sur certains éléments néfastes pour le lac. Les premiers travaux débuteraient à l'automne prochain et s'étendraient jusqu'en 2018. La première phase des travaux prévoit des aménagements aux stationnements pour éliminer l'eau de ruissellement qui se déverse directement dans le lac. 
La bande riveraine sera améliorée grâce à la plantation de végétaux et des mesures précises seront prises pour contrôler la prolifération de la myriophylle à épi, une plante aquatique envahissante qui contribue au manque d'oxygène dans l'eau. 
La deuxième phase demeure encore hypothétique et consisterait à aménager un puits artésien afin d'améliorer l'apport en eau au lac. Des études ont démontré qu'une goutte d'eau passera en moyenne deux ans dans le lac Beauchamp. C'est très long considérant qu'une goutte ne passe que deux jours dans des lacs en meilleure santé, comme le lac Saint-Jean par exemple.  
« Il n'y a pas d'entrée d'eau majeure comme un ruisseau ou une rivière pour amener de la nouvelle eau dans le lac Beauchamp, explique Geneviève Michon, du service de l'environnement. Un puits artésien permettrait d'apporter un peu d'eau au lac, mais nous devons d'abord nous assurer de sa qualité. » De tels travaux pourraient s'élever à environ 200 000 $. 
Une fois ces aménagements faits, une somme récurrente de 37 000 $ devra être dépensée annuellement pour faire des suivis sur la qualité de l'eau du lac.