Maxime Pedneaud-Jobin a dévoilé le plan de son parti en matière de développements économiques en présence des candidats François Sylvestre, Mélissa Ferreira, Myriam Nadeau et Martin Lajeunesse.

Un million pour attirer de grands événements

Action Gatineau veut poursuivre sur la lancée observée cette année dans le cadre des festivités entourant le 150e anniversaire de la Confédération en promettant la création d’un fonds d’un million de dollars pour le développement récréotouristique.

« Gatineau vit un élan qui est extrêmement positif et qu’il faut continuer », a mentionné lundi le chef d’Action Gatineau et maire sortant, Maxime Pedneaud-Jobin, en précisant vouloir « attirer des événements de calibre international du type MosaïCanada 150 ».

Son parti a l’intention d’injecter à cette fin la somme d’un million de dollars dans un nouveau fonds pour développer le marché récréotouristique. À cela s’ajoute la volonté de parti d’octroyer un montant supplémentaire de 150 000 $ par année dans le bureau des grands événements de la Ville.

Un « circuit touristique » devrait aussi être créé, croit Maxime Pedneaud-Jobin, afin de faire découvrir aux visiteurs des attraits tels que la ferme Moore, le parc écologique Dalton, le parc des Cèdres ou encore la rue Jacques-Cartier. Il importe également de poursuivre les discussions avec la Commission de la capitale nationale pour l’utilisation future du parc Jacques-Cartier, a souligné le maire sortant.

Enseignement

Le plan d’Action Gatineau en matière de développement économique comprend également la poursuite des partenariats avec les établissements d’enseignement postsecondaire. L’aide dont ils ont maintenant besoin « est beaucoup moins financière que politique », estime M. Pedneaud-Jobin, qui veut donc appuyer auprès de Québec le développement de nouveaux programmes dans la région.

Le seul parti politique de la scène municipale gatinoise veut par ailleurs « faciliter la vie aux entrepreneurs ». « On a fait de l’allègement de façon importante, il faut continuer à le faire, à la fois pour la réglementation et nos processus administratifs », a déclaré M. Pedneaud-Jobin.

Alors que certaines voix continuent de dénoncer la lourdeur de la bureaucratie municipale pour les entrepreneurs, le maire sortant affirme qu’il ne s’agit pas de la majorité.

« C’est la perception chez certains, dit-il. Moi, quand je parle à un paquet de gens, ils sont contents. Ça va plus vite, on a réduit les délais pour les permis d’affaires, on a beaucoup, beaucoup moins de paperasse. […] La perception que j’ai dans la communauté d’affaires, elle est très, très, très positive. Il y a quelques promoteurs immobiliers qui demandent des choses pour lesquelles je dis non, et eux véhiculent l’idée que tout va mal, mais je ne suis pas d’accord avec leur lecture. »