Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’indice de canopée qui exprime le pourcentage d’un territoire couvert par les branches des arbres ne dépasse pas 16% dans les zones résidentielles du centre-ville de Gatineau.
L’indice de canopée qui exprime le pourcentage d’un territoire couvert par les branches des arbres ne dépasse pas 16% dans les zones résidentielles du centre-ville de Gatineau.

Un millier d’arbres bientôt plantés dans le centre-ville de Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le centre-ville de Gatineau, l’un des plus gris au Québec, deviendra un peu plus vert d’ici deux ans. Environ 1000 nouveaux arbres, des centaines d’arbustes et une quarantaine de plantes grimpantes y seront plantés d’ici l’automne 2023. 

Le projet de verdissement de l’Île-de-Hull initié par le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) profite d’un investissement de 1,3 million $ provenant en grande partie du Fonds vert du ministère de l’Environnement du Québec. La Ville de Gatineau et de nombreux partenaires du secteur privé ont aussi contribué financièrement au projet.

L’indice de canopée qui exprime le pourcentage d’un territoire couvert par les branches des arbres ne dépasse pas 16% dans les zones résidentielles du centre-ville de Gatineau. Pour l’Île-de-Hull  au complet, il se situe à 21 %. En d’autres mots, les îlots de chaleur asphaltés, la trame urbaine et le passé industriel du centre-ville n’ont laissé que très peu de place aux arbres et à leur couvert végétal. L’agrile du frêne a aussi compliqué les choses dans les dernières années. À titre comparatif, Montréal et Québec affichent un indice de canopée qui atteint respectivement 25 % et 32 %. 

Objectifs de développement durable

Le CREDDO et la Ville de Gatineau ont profité du Jour de la Terre, ce jeudi, pour planter les deux premiers arbres de ce chantier végétal au parc Wellington. «L’expérience acquise avec ce projet permettra à la Ville de reproduire la démarche dans d’autres secteurs par la suite», a indiqué le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. 

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Par voie de communiqué, le ministre de l’Environnement du Québec, Benoit Charrette, a ajouté que «Gatineau poursuit ses objectifs de développement durable tout en permettant à sa population d’être mieux outillée face aux impacts des changements climatiques», en créant de nouveaux espaces de fraîcheur dans son centre-ville. 

Pour le directeur général du CREDDO, Benoît Delage, le projet de verdissement de l’Île-de-Hull va plus loin que la plantation d’arbres. «Sa finalité est de prendre soin des gens, dit-il. Ceux qui ont déjà marché, vécu ou travaillé dans l’Île-de-Hull comprendront la nécessité d’ajouter de la beauté à ce milieu de vie.»