Le grand patron de Brigil, Gilles Desjardins, recevra un livre par mois de la part d’un citoyen du Vieux-Hull.

Un livre par mois donné à Gilles Desjardins

Un citoyen du Vieux-Hull, Jean-Pierre Couture, s’inspirera de l’auteur Yann Martel pour interpeller sur différents sujets, une fois par mois, et par le biais de la littérature le grand patron de Brigil, Gilles Desjardins.

L’ancien président de l’Association des résidents de l’Île-de-Hull se rendra, à vélo, dès vendredi, et ce tous les premiers du mois pendant un an, devant la résidence de M. Desjardins pour y déposer un bouquin qu’il aura soigneusement choisi afin de faire réfléchir l’influent promoteur immobilier. Il reprend ainsi la formule utilisée par Yann Martel qui a envoyé tous les 15 jours, pendant près de quatre ans, une œuvre littéraire à l’ancien premier ministre du Canada, Stephen Harper. 

« Les choix que je ferai seront liés à l’actualité, à l’histoire, le patrimoine, l’architecture, le développement des villes, l’urbanisme, la morale et la philosophie, explique M. Couture. Ce sont tous des sujets qui je pense lui tiennent à cœur. Gilles Desjardins est un homme bien en vue, on parle de lui, de ses tours ou de ses projets immobiliers tous les jours. Je veux me servir du canal de sa célébrité pour parler de littérature, pour tenter de jaser avec lui de ses dernières lectures. » 

Comme première œuvre littéraire à partager avec M. Desjardins, M. Couture tergiverse encore entre un livre de Jean-Jacques Rousseau, de Jean de La Fontaine ou Sigmund Freud.

M. Couture expliquera ses choix littéraires par le biais d’un site Internet et des réseaux sociaux tous les mois. Il invite les Gatinois à emboîter le pas et à eux aussi faire parvenir des livres à M. Desjardins. L’ancien président de l’ARIH souhaite que sa démarche ne soit pas perçue comme du harcèlement à l’endroit du promoteur immobilier. « Je ne mettrai pas le pied sur sa propriété, je vais demeurer sur la voie publique et déposer délicatement un livre devant chez lui puis repartir, dit-il. C’est ma démarche. Les Gatinois qui souhaitent emboîter le pas peuvent faire parvenir des livres au siège social de l’entreprise ou aux différents points de vente. Il y en a plusieurs. Le but n’est pas de manifester devant le domicile de M. Desjardins. Il y a une part de critique, oui, mais une part de conseil et d’analyses de la vie en ville qui sera probablement différente de la sienne. »

Desjardins l’invite à prendre un café 

Loin d’être irrité par la démarche entreprise par M. Couture, Gilles Desjardins a tenu à remercier le citoyen. « Je lui dis merci et en plus je l’invite chaque mois à venir chez moi prendre un café, un thé ou un verre d’eau pour discuter avec lui. Ça va me faire plaisir. Je ne suis pas du tout insulté, tant que tout ça se fait dans le respect. Je suis intéressé. On n’a jamais fini d’apprendre. »