Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les deux bâtiments «Allumettières 1 et Allumettières 2» ont été dessinés par la firme Lapalme Rheault.
Les deux bâtiments «Allumettières 1 et Allumettières 2» ont été dessinés par la firme Lapalme Rheault.

Un gros changement de décor à venir dans le centre-ville de Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Un pan important de l’histoire de l’Île-de-Hull doit crouler sous le pic des démolisseurs ce printemps. Les anciennes installations de la Maison funéraire Serge Legault situées sur le boulevard des Allumettières seront bientôt démolies. Ce sont en réalité sept bâtiments comprenant 18 logements qui disparaîtront du paysage entre les rues Dollard-des-Ormeaux et Laval afin de faire place à deux immeubles de dix étages comprenant 121 logements d’ici la fin de 2022.

Le Droit avait révélé l’existence de ce projet immobilier du Groupe Sheiner en novembre dernier. La demande de démolition des immeubles qui chemine actuellement dans l’administration municipale permet aujourd’hui aux Gatinois d’avoir une meilleure idée du changement auquel ils doivent s’attendre dans ce secteur puisque des esquisses ont été déposées en même temps que la demande de démolition. Le service de l’urbanisme recommande la démolition des immeubles. Une décision à cet effet doit d’ailleurs être prise le 22 février prochain.

Les anciennes installations de la Maison funéraire Serge Legault situées sur le boulevard des Allumettières seront bientôt démolies.

Appelés «Allumettières 1 et Allumettières 2», les deux bâtiments ont été dessinés par la firme Lapalme Rheault qui a aussi conçu les plans architecturaux du Vibe, situé à un jet de pierre. En novembre, le responsable de l’acquisition et du développement du Groupe Sheiner, Pierre Côté, avait précisé au Droit que le projet comprenait quelques studios, ainsi que quelques logements de trois chambres pour les petites familles, mais que la majorité de l’offre serait des logements d’une ou deux chambres. Le projet prévoit aussi un stationnement souterrain de 70 places. 

Le service de l’urbanisme recommande la démolition des immeubles.

Conformité remise en question

Le projet devait être présenté au conseil municipal de novembre dernier, mais il avait été retiré de l’ordre du jour. Le service de l’urbanisme proposait de passer par une dérogation mineure pour effectuer un changement de zonage relatif aux hauteurs maximales sur ces terrains. Le zonage permet un maximum de huit étages, alors que le Plan particulier d’urbanisme en permet dix. L’utilisation d’une dérogation mineure pour rendre conforme un projet qui occupe la superficie totale d’une zone n’est cependant pas permise au règlement. C’est un citoyen, Bill Clennett, qui avait interpellé le conseil à cet effet et qui avait forcé la Ville à revoir sa procédure. M. Clennett revient à la charge, cette fois pour s’opposer à la demande de démolition. Selon lui, la demande n’est pas conforme aux dispositions du règlement concernant les demandes de démolitions. Il invite les membres du Comité de démolition à la refuser. 

Le projet comprend quelques studios ainsi que quelques logements de trois chambres pour les petites familles, mais  la majorité de l’offre serait des logements d’une ou deux chambres.

Le conseiller du quartier, Cédric Tessier, précise être en faveur du projet de construction présenté par le Groupe Sheiner. Il précise que les gens du voisinage qu’il a consulté sont aussi majoritairement en faveur du projet et que les locataires touchés par les éventuelles démolitions ont tous été avisés par le promoteur des étapes à venir. «Moi, j’ai dit que je respecterais le PPU dans le centre-ville et ce projet est conforme au PPU, dit-il. La démolition sera conditionnelle à l’adoption du projet par le conseil municipal, mais ce vote ne pourra pas avoir lieu tant que le nouveau plan d’urbanisme n’entrera pas en vigueur. Il est actuellement contesté devant la Commission municipale du Québec. Le projet utilisera le bon véhicule réglementaire pour cheminer.»