Les Gatinois devraient avoir une bonne idée, d’ici l’automne prochain, de l’allure que prendra leur nouveau boulevard Saint-Joseph.

Un échéancier tributaire de la COVID-19 pour le boulevard Saint-Joseph

La Ville de Gatineau a présenté un état de situation de l’avancée de travaux et de ceux à venir sur le chantier du boulevard Saint-Joseph, mercredi, en soulignant au passage que ces prévisions sont conditionnelles à la collaboration du nouveau coronavirus. Malheureusement, cela ne semble pas être inclus dans l’ADN de cet agent microscopique qui terrorise actuellement la planète tout entière.

Quoi qu’il en soit, les Gatinois devraient à tout le moins avoir une bonne idée, d’ici l’automne prochain, de l’allure que prendra leur nouveau boulevard Saint-Joseph une fois la totalité des travaux terminés. Le tronçon entre la rue Dumas et le boulevard Montclair qui a fait l’objet de réfections majeures l’an dernier est maintenant à l’étape des aménagements de surface.

Les travaux pour l’aménagement des trottoirs et du mobilier urbain doivent débuter à la mi-avril, et doivent se poursuivre pour une période de quatre mois. « Ça va être intéressant pour les citoyens parce qu’ils pourront voir le concept final et la qualité des travaux », a indiqué Jean Audet, directeur du service des infrastructures.


« On parle maintenant de 2023 pour le début des travaux dans la dernière section du boulevard. »
Cédric Tessier

Ce n’est toutefois pas demain la veille que la totalité du boulevard Saint-Joseph, entre les boulevards Alexandre-Taché et Saint-Raymond, aura cette allure finale. Le président du comité exécutif, Cédric Tessier, a fait savoir que le début des derniers travaux à être réalisés dans le cadre de l’immense chantier a été repoussé d’un an. « On parle maintenant de 2023 pour le début des travaux dans la dernière section du boulevard », a-t-il précisé.

COVID-19

M. Tessier a précisé que les prévisions présentées par le service des infrastructures avaient été terminées la semaine dernière, alors que le nouveau coronavirus n’était encore qu’un enjeu lointain. Depuis, le monde a complètement changé. « C’est certain que ça pourrait évoluer, tant cette année que dans les prochaines années, a-t-il affirmé. Il y a beaucoup d’incertitude en ce moment. Disons que nous avons l’heure juste pour Saint-Joseph en date de la semaine dernière. Ça pourrait changer en fonction de la durée de la crise qu’on vit. »