Le maire Pedneaud-Jobin rappelle que la Ville de Gatineau a élaboré un plan financier long terme « clair et dont les orientations budgétaires actuelles sont claires ». Selon lui, il n'y a pas de flou.

Un débat mouvementé s'annonce

L'année 2017 n'est vieille que de quelques jours que déjà, un premier défi d'envergure se dresse au conseil municipal de Gatineau. Incapables d'y arriver en novembre dernier, les élus doivent maintenant s'entendre rapidement sur les orientations budgétaires à donner à l'administration pour la préparation du budget 2018.
Le Droit a appris que des premières orientations prévoyant une nouvelle hausse de 2,9 % de la taxe foncière pour 2018 ont été rejetées par une majorité d'élus, à huis clos, lors de l'étude du budget en novembre dernier. Si ces orientations avaient été acceptées, il est fort probable que le conseil qui sera élu en novembre prochain aurait adopté une cinquième hausse consécutive de 2,9 % des taxes pour l'an prochain.
Devant l'impasse et les nombreuses considérations politiques qui animent le présent conseil, il a finalement été convenu, en novembre, d'aborder de nouveau la question dès le retour des Fêtes. 
À la demande de plusieurs élus, l'essentiel de ce débat devrait se faire en public, a confirmé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, mercredi, lors d'une entrevue avec Le Droit réalisée en marge de sa traditionnelle rencontre avec les médias régionaux marquant sa rentrée politique. 
Plusieurs élus, dont la candidate à la mairie en novembre prochain, Sylvie Goneau, ont déjà manifesté la volonté de réduire la hausse de la taxe foncière dès 2018. Selon elle, il est possible de réduire la pression sur le contribuable en coupant dans la masse salariale de la Ville et en faisant une évaluation plus serrée du panier de services offerts par la municipalité. 
Le maire Pedneaud-Jobin, en rencontre éditoriale avec Le Droit, en décembre, s'est dit ouvert à réduire la pression sur la taxe foncière. Il évalue présentement la possibilité d'avoir plus souvent recours à la dette, lors d'un prochain mandant, pour financer des projets d'infrastructures. Il a aussi remis en question la taxe de 1 % dédiée aux infrastructures.  
Ce dernier est cependant demeuré très vague sur la date et surtout l'ordre du jour de cette rencontre publique à venir concernant les orientations budgétaires pour l'année prochaine. « Tout ça fait l'objet de discussions actuellement, a-t-il affirmé. Il faut déterminer quel type d'orientation on met sur la table. Est-ce qu'on attache le prochain conseil avec nos décisions ? Est-ce que ça nous appartient de faire ça ? Il y a une élection qui s'en vient. Des cadres financiers seront déposés. Jusqu'où devons-nous aller dans cette discussion ? »
Le maire Pedneaud-Jobin rappelle que la Ville de Gatineau a élaboré un plan financier long terme « clair et dont les orientations budgétaires actuelles sont claires ». Selon lui, il n'y a pas de flou. « La question c'est est-ce qu'on veut changer ça, mentionne-t-il. Un plan financier à long terme c'est beaucoup plus vaste qu'un simple point d'augmentation de taxe. C'est une discussion qui ne va pas de soi. On ne peut pas avoir une discussion simple sur un taux de taxe. C'est plus vaste que ça et étant donné le contexte dans lequel on est, il faut déterminer jusqu'où nous souhaitons aller dans cette discussion. »
Le dernier droit
M. Pedneaud-Jobin a insisté sur l'importance de l'année qui s'amorce pour le conseil municipal de Gatineau. « C'est une année électorale, mais l'élection n'a lieu qu'en novembre prochain, a-t-il noté. Il reste encore beaucoup de travail à faire. Ce sera une année importante pour continuer à livrer le reste du programme du conseil. Ce sera une année intense, agréable et productive. C'est un conseil qui est difficile depuis le début, mais qui a réussi à livrer beaucoup de projets. »
Le maire a rappelé que les Gatinois s'attendent de leurs élus qu'ils continuent de travailler à livrer ce qui a été promis et qu'ils ne soient pas uniquement intéressés par la campagne qui approche. 
« Je sens que la majorité des gens au conseil veulent être constructifs et sont conscients des attentes des citoyens », a-t-il ajouté.
Encore Guertin, toujours Guertin
La ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, sera à son tour mise au fait des raisons pour lesquelles la Ville de Gatineau demande un projet de loi privé dans le dossier du futur aréna Guertin. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a confirmé, mercredi, qu'une rencontre avec le caucus des députés de la région doit avoir lieu à ce sujet dès la semaine prochaine.
Contrairement à ses collègues députés de Hull et Chapleau, la ministre a indiqué, il y a quelques semaines, qu'elle ne savait toujours pas pourquoi la Ville souhaitait utiliser la voie d'un projet de loi privé. Entre-temps, le maire a mentionné que les négociations pour en venir à une entente avec Vision multisports Outaouais (VMSO) se poursuivent. M. Pedneaud-Jobin demeure convaincu de pouvoir ficeler cette entente rapidement. « Ça devrait se faire plus près de maintenant que de l'été », a-t-il précisé. Il a ajouté que la conclusion d'une entente n'était pas nécessaire pour déposer le projet de loi privé en février prochain. Quant aux problèmes d'éclairage survenus au Centre Robert-Guertin à la suite de la panne d'électricité de dimanche dernier pendant la partie des Olympiques, le maire a affirmé que des discussions étaient en cours pour tenter d'éviter ce type de désagrément à l'avenir. « Mais c'est un édifice qui est fini, on le sait, et sa situation ne changera pas d'ici deux ans », a-t-il rappelé.
La bibliothèque centrale à l'horizon
Le service des arts et de la culture de la Ville de Gatineau entamera, dès les premiers mois de l'année, une tournée des différents partenaires potentiels qui pourraient être intéressés à participer au projet de la future bibliothèque centrale de Gatineau. 
«Ce qu'ils vont nous dire va influencer les scénarios qui seront sur la table, a indiqué le maire Pedneaud-Jobin, en entrevue avec Le Droit. Est-ce que l'Université du Québec en Outaouais est intéressée à participer? Est-ce que Bibliothèque et Archives Canada veut être un partenaire? Nous allons rencontrer de nombreux partenaires, tant publics que privés afin de nous aider à mettre quelque chose d'intéressant sur la table.» Le maire prévoit qu'un concept de bibliothèque centrale et une estimation des coûts pourront être présentés aux élus en septembre prochain. Le lieu où sera construite cette future bibliothèque est essentiellement déjà déterminé. Le plan particulier d'urbanisme du centre-ville a déjà identifié le pôle culturel Montcalm pour cette infrastructure. «L'objectif c'est d'avoir quelque chose d'assez précis pour que les gens qui voudront aborder ce sujet en campagne électorale puissent le faire en étant informés.»
Des actions rapides en développement économique
La nouvelle commission de développement économique entrera officiellement en fonction le 26 janvier, lors d'une toute première réunion au cours de laquelle des actions immédiates devraient être déterminées. « Il y a des choses sur lesquelles nous pouvons avancer rapidement, comme la question des incubateurs, affirme le maire Maxime Pedneaud-Jobin. J'aurai des propositions à faire lors de cette réunion, tout comme le feront les autres membres de la commission. S'il y a des actions que nous pouvons mener tout de suite, il ne faut pas attendre. Il faut profiter de la belle impulsion qu'on a tous sentie dans la communauté des affaires à la suite des changements qu'on a faits. » Les prochains mois permettront aussi à la nouvelle commission d'adopter une première planification stratégique.
Travaux au ruisseau de la Brasserie
Le ruisseau de la Brasserie fera l'objet de premiers travaux d'aménagement en 2017, a assuré, mercredi, le maire Maxime Pedneaud-Jobin. 
Ce dernier n'a toutefois pas voulu livrer les détails des premières interventions. Une présentation publique doit avoir lieu à ce sujet au début du mois de février. «Nous parlons surtout d'aménagements urbains relativement simples à faire dès cet été, a-t-il dit. Ce sera essentiellement de l'aménagement de surface.»
Le réaménagement complet du secteur du ruisseau dépassera cependant largement les premières interventions au programme cette année. De fait, un échéancier précis des travaux de bien plus grande envergure prévus au cours des prochaines années doit aussi être présenté aux élus dans les prochaines semaines. Le réaménagement du ruisseau de la Brasserie était l'une des principales promesses du maire Pedneaud-Jobin et de son parti Action Gatineau lors de l'élection de novembre 2013. Les plans de réalisation des travaux de plusieurs dizaines de millions de dollars sur le boulevard Saint-Joseph et sur la rue Notre-Dame seront aussi dévoilés publiquement d'ici l'été prochain.