Le ministre des Transports, André Fortin, et le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Un bureau de projet pour le train léger dans l'ouest

Québec et Gatineau ont appris des ratées dans la planification du Rapibus. Pour éviter de répéter les mêmes erreurs avec le futur train léger qui reliera Aylmer au centre-ville, le ministre des Transports, André Fortin, a donné suite, mardi, à un engagement pris il y a quelques mois en annonçant la création d’un bureau de projet qui permettra de coordonner dès le départ les travaux de tous les partenaires impliqués.

« À une certaine époque, les bureaux de projet servaient uniquement lors de la réalisation, a noté le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. À force de gérer de grands projets, on s’est aperçu que plus on fait ça tôt dans le processus […] ça permet de nous prolonger dans l’avenir et de ne pas travailler en silo ou chaque partenaire fait sa part sans s’asseoir ensemble. Dans de grands projets comme ça, des petites erreurs peuvent coûter cher. »

Ainsi, le bureau de projet permettra à la Société de transport de l’Outaouais, OC Transpo, aux villes de Gatineau et d’Ottawa et à tous les ministères concernés d’avancer en même temps dans la planification du futur train léger de Gatineau. « On est déjà au travail, a indiqué le maire Pedneaud-Jobin. Nous avons déjà un sous-ministre adjoint qui est notre lien de contact pour ce projet-là. » 

M. Pedneaud-Jobin a souligné que la mise en place de ce bureau n’avait toutefois rien à voir avec la présentation publique du projet qui doit être faite par la Ville au début du mois de juillet. « Ce qu’on va présenter est un projet préliminaire, une volonté politique qui dit vers quoi nous voulons aller, a-t-il affirmé. Après qu’on aura déposé ce projet-là, les études suivantes vont permettre de raffiner le tracé et les coûts du projet. »