Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a accordé au <em>Droit</em> une entrevue de plus d'une heure un peu plus tôt cette semaine.
Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a accordé au <em>Droit</em> une entrevue de plus d'une heure un peu plus tôt cette semaine.

Un budget 2021 pour «renforcer la résilience» de Gatineau

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Les élus gatinois n’y échapperont pas. La saison budgétaire qui s’annonce autour de la table du conseil se fera sous le signe de la COVID-19, prévient le maire Maxime Pedneaud-Jobin. Avec un déficit évalué pour l’instant à 35 millions $, les choix seront difficiles. Certains pourraient être tentés de vouloir rebrasser les cartes, changer les priorités et corriger la situation financière à coup de mesures austères, mais ce serait une erreur, assure-t-il.

«La pandémie va prendre encore beaucoup de notre temps cet automne, affirme le maire de Gatineau. Le but sera de continuer à renforcer notre résilience. On est aussi à un moment où il faut commencer à penser à l’après-pandémie. Ça veut dire favoriser une économie différente, l’achat local, l’économie sociale. On veut une économie ancrée localement. On veut faire un virage écologique.»

M. Pedneaud-Jobin reconnaît que le défi est de taille. Il estime que la tentation de «revoir en profondeur» les priorités de la Ville sera le piège à éviter. «Ça fait quatre crises majeures en quatre ans qu’on vit, rappelle-t-il. Revoir des plans d’action et des échéanciers, on l’a déjà beaucoup fait. On va devoir continuer de le faire, mais selon moi les priorités doivent demeurer essentiellement les mêmes. De toute façon, les priorités du conseil sont déjà pas mal alignées sur la relance économique et sociale.»

Regard sur l’automne

Le maire de Gatineau a accordé au Droit une entrevue de plus d’une heure plus tôt cette semaine. De nombreux dossiers ont été abordés. Nous y reviendrons en profondeur d’abord dans le cadre d’une série d’articles publiés dans notre édition papier et sur toutes nos plateformes numériques samedi. Nous poursuivrons ce regard sur l’automne politique le lendemain de la fête du Travail, dans notre édition de mardi.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Il a été question du dernier budget de ce mandat qui doit être adopté en décembre. Le processus vient de s’amorcer. Le dossier du tramway a aussi occupé une grande place dans les propos du maire. Le destin de ce projet pourrait bien se jouer cet automne, alors que la Ville d’Ottawa est sur le point de se positionner sur l’arrimage du projet avec son réseau. La Société de transport de l’Outaouais (STO) doit aussi rendre publique l’étude qui précisera le tracé et les coûts du projet. Un tunnel à Ottawa ferait éclater l’estimation des coûts de 2,1 milliards $ dont il est question depuis deux ans. À cela s’ajoute l’odeur d’élection qui commence à flotter sur la colline parlementaire à Ottawa.

Les Gatinois se souviendront de la «lichette» qui avait pris passablement d’espace dans les discussions budgétaires de l’automne dernier. Il s’agit d’une technique qui consiste à appliquer une mince couche d’asphalte sur une rue endommagée afin de rallonger sa vie utile. Il en sera question encore cet automne, mais de façon beaucoup plus concrète. En fait, c’est sur tout l’enjeu de l’asphaltage et de l’état des rues de Gatineau que devront se pencher les élus. La Vérificatrice générale de la Ville de Gatineau a été claire dans son plus récent rapport. La stratégie actuellement employée par Gatineau pour entretenir son réseau routier n’est pas la plus efficace.

Aussi, le maire Pedneaud-Jobin ne cache pas que de voir le centre-ville déserté par les milliers de fonctionnaires en télétravail l’inquiète particulièrement. Il n’a pas l’intention de le laisser tomber, même si pour l’instant aucune solution permettant de régler le problème rapidement ne semble à portée de main.


« [...] Il faut commencer à penser à l’après-pandémie. Ça veut dire favoriser une économie différente, l’achat local, l’économie sociale. On veut une économie ancrée localement. On veut faire un virage écologique. »
Maxime Pedneaud-Jobin

La protection des milieux humides et de l’environnement au sens plus large sera aussi au coeur des discussions d’ici l’Halloween. Le conseil doit adopter son nouveau plan d’urbanisme et mettre le point final à son exercice de concordance. Les grands principes du schéma d’aménagement prendront vie dans la réglementation municipale.

Maintenir les investissements

«Il y a des principes qui vont me guider, affirme le maire en parlant des choix budgétaires qui s’annoncent dans le contexte de la pandémie. Il faut d’abord qu’on fasse partie de la solution, et non pas du problème. Ça veut dire maintenir nos investissements. En période de crise économique, couper dans la fonction publique et dans les investissements est une erreur. Il faut continuer nos investissements et même les augmenter si on est capable. Il faut à tout le moins les maintenir. Il faut éviter les compressions.»

Les Gatinois doivent aussi continuer de faire partie de la solution dans la lutte planétaire contre la COVID-19, insiste le maire. Il adhère aux propos du premier ministre François Legault qui regrettait tout récemment un «relâchement généralisé». «Je suis fier de notre réponse à la crise qui nous a permis d’éviter beaucoup de décès en Outaouais, affirme le maire. J’en appelle aux citoyens à être encore prudents et de faire tout ce qu’ils peuvent pour éviter la propagation, comme ils l’ont fait au printemps. Oui, c’est fatigant et ça peut sembler parfois futile, mais il faut respecter ces règles parce que les conséquences sont trop grandes sur les gens qui seront malades et sur notre capacité à pouvoir reprendre une vie normale un jour.»