La rue du Sommelier, dans le quartier Limbour.

Un autre mois d’attente pour l'avenir du cul-de-sac de la rue du Sommelier

Les résidents du quartier Limbour devront patienter encore quelques semaines avant d’avoir l’heure juste sur l’avenir du cul-de-sac fonctionnel de la rue du Sommelier. La conseillère du quartier, Renée Amyot, indique qu’elle ne sera pas en mesure de présenter sa résolution lors du conseil municipal de mardi.

Mme Amyot a fait la promesse, en campagne électorale, de revoir le fonctionnement du cul-de-sac fonctionnel de la rue du Sommelier mis en place en 2015 par l’ancien élu du quartier, Cédric Tessier. Ce cul-de-sac qui n’a jamais fait l’unanimité dans le quartier demeure, à ce jour, l’un des dossiers les plus chauds dans Limbour. Il sert essentiellement à empêcher la circulation de transit sur les rues du Sommelier, Lebaudy et Le Roy.

Une consultation publique a été menée, en juin, par Mme Aymot. Cette dernière demandait aux citoyens s’ils seraient favorables au maintien du cul-de-sac entre 6 h et 9 h, du lundi au vendredi. Cette mesure permettrait d’interdire l’accès à la rue du Sommelier, en provenance du chemin des Érables, de la rue des Sucres et de la rue des Sources.

Mme Amyot a aussi sondé la population du quartier quant à l’aménagement d’un couloir de 75 centimètres sur la rue du Sommelier pour mieux délimiter les usages entre les écoliers et les automobilistes. Quelques autres mesures pourraient aussi être instaurées dans le quartier afin, dit-elle, d’en arriver à un « compromis » qui serait acceptable pour le plus grand nombre.

« Je n’ai pas terminé le croisement des réponses reçues lors de la consultation publique, indique Mme Amyot. Plus de 300 questionnaires sont actuellement en analyse. Je ne peux donc pas encore m’avancer sur des chiffres concernant l’avis des citoyens. Je souhaite ardemment faire une proposition au conseil municipal de septembre. Je ne veux pas que ça traîne, mais je suis quelqu’un qui travaille de façon analytique. Il n’y aura cependant pas de solution parfaite dans ce dossier. »

Inquiétude

Entre-temps, plusieurs résidents des rues concernées s’inquiètent de la sécurité dans le quartier si le conseil devait accepter un retrait même partiel du cul-de-sac fonctionnel.

« Il y a un véritable danger de rouvrir ce cul-de-sac, insiste Michel Poirier, porte-parole d’un groupe de résidents du secteur. Nous avons eu plusieurs discussions avec Mme Amyot, mais elle a fait une promesse électorale et elle n’en démord pas. Ce qu’elle propose est dangereux. Ça va réintroduire de la circulation de transit dans le quartier. Nous avions fait faire du comptage, il y a quelques années, et ça représenterait près de 1000 véhicules de plus par jour dans nos rues. Mme Amyot veut faire plaisir aux automobilistes des autres quartiers, mais nous, c’est la sécurité des enfants du quartier qui nous inquiète. »