Les Brigil, Brocolini, Multivesco, Dormani ou encore le Four Points et Brookfield, souhaitent tous avoir un siège à la Table de concertation sur le centre-ville.

Trop de promoteurs à la Table de concertation du centre-ville

Les promoteurs immobiliers se bousculent aux portillons pour siéger à la Table de concertation sur le centre-ville mise en place par le maire Maxime Pedneaud-Jobin lors du dernier mandat, si bien qu’un choix devra être fait avant la prochaine rencontre.

Instaurée dans la controverse et dans une ambiance préélectorale au conseil en décembre 2016, cette table devant favoriser les échanges entre les différents intervenants ayant un rôle dans le centre-ville est particulièrement prisée par les promoteurs. Deux des 23 sièges leur sont réservés, mais ils sont au moins six à s’être présentés aux deux premières rencontres. 

Les Brigil, Brocolini, Multivesco, Dormani ou encore le Four Points et Brookfield, souhaitent tous avoir une voix au chapitre. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin qui a présidé les deux premières réunions a accepté leur présence, mais le conseiller du quartier, Cédric Tessier, prévient qu’un choix devra être fait avant la prochaine rencontre prévue plus tard cet automne. 

«D’après les statuts et règlements, c’est le maire qui détermine qui siégera à cette table s’il y a plus d’acteurs que prévu qui souhaitent un siège, note M. Tessier. Je ne sais pas comment le maire va déterminer qui reste. Pour l’instant, ils étaient tous invités par courtoisie, mais c’est clair que ça ne pourra pas être permanent.»

M. Tessier a indiqué que le maire souhaite maintenant que le conseiller du quartier joue un plus grand rôle autour de cette table. Lors de la création de la table, c’est Denise Laferrière qui était conseillère dans le centre-ville. Cette dernière avait qualifié l’initiative de «molle comme du pudding».