De trente logements qui seront disponibles à l’été 2020, quatre compteront quatre chambres à coucher et deux autres en offriront cinq.

Trente nouveaux logements abordables à Aylmer

La pénurie de logements abordables exacerbée par les inondations de 2017 et la tornade de septembre 2018 qui afflige Gatineau est actuellement la plus importante au Québec.

C’est pire encore quand il est question de logement de quatre ou cinq chambres à coucher. L’annonce faite lundi par les Habitations de l’Outaouais métropolitain (HOM) de construire six édifices regroupant 30 logements dans le secteur Deschênes permettra de répondre, en partie, à ce besoin maintes fois énoncé par la Ville de Gatineau et les organismes communautaires. 

À LIRE AUSSI : Les promesses de lutte à la pauvreté restées lettres mortes

Une décennie aura été nécessaire pour que le projet Des Rapides puisse voir le jour. HOM vient de signer le contrat de construction. De trente logements qui seront disponibles à l’été 2020, quatre compteront quatre chambres à coucher et deux autres en offriront cinq. Situé au 34, rue Deschênes, le complexe regroupera aussi 20 logements de deux chambres à coucher et quatre autres de trois chambres. 

La porte-parole de l’Office d’habitation de l’Outaouais (OHO), Karina Osiecka, précise qu’il s’agira des premiers logements de quatre et cinq chambres à coucher gérés par l’organisme sur le territoire d’Aylmer. « Il y a un grand besoin à combler pour ce type de logement, dit-elle, mais aussi pour des logements en général. » Près de 500 ménages ont fait une demande pour un logement subventionné dans le secteur Aylmer, précise OHO. La liste d’attente pour Gatineau atteint plus de 1000 noms. 

L’organisme HOM, comme plusieurs autres à Gatineau, attend avec impatience que le gouvernement du Québec annonce la bonification du programme Accès logis. Plus de 350 unités de logement sont prêtes à être construites à Gatineau, mais sont actuellement sur la glace en raison du manque de financement. Le programme Accès logis qui permet de subventionner la construction de logements abordables n’a pas été indexé depuis plus de dix ans par le gouvernement du Québec.