Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin espère voir tous les partis s’engager dans la réalisation du projet de train léger dans sa ville.

Train léger: Pedneaud-Jobin veut des engagements de tous les partis

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, souhaite que le projet de train léger dans l’ouest prenne davantage de place que l’ajout d’un ou de plusieurs ponts interprovinciaux dans les débats de la campagne électorale fédérale qui arrive à grands pas.

Le député libéral de Gatineau, Steven MacKinnon, fait partie de ceux qui plaident pour l’ajout d’un sixième pont au-dessus de la rivière des Outaouais. Le candidat conservateur dans Hull-Aylmer et actuel conseiller municipal du district de Deschênes, Mike Duggan, a pour sa part lancé l’idée d’en ajouter trois — dont un « vert » qui serait interdit aux véhicules à combustion.

Même si le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé dans son dernier budget la mise à jour des études sur un sixième lien entre Ottawa et Gatineau, le maire Pedneaud-Jobin « ne pense pas que le dossier du pont va prendre de l’importance dans la campagne ». Alors que Gatineau a déjà l’assurance que Québec financera 60 % du projet de train léger dans l’ouest, la priorité doit être donnée, selon M. Pedneaud-Jobin, à l’obtention de la part du fédéral.

Le député libéral de Gatineau, Steven MacKinnon

Le maire de Gatineau souligne que « les études vont prendre beaucoup de temps ». « Pour moi, il n’y a pas tellement de discussions à avoir avant d’avoir les résultats de ces études-là, dit-il. […] À court terme, sur le terrain, on va demander, nous, des engagements financiers de tous les partis pour financer le 40 % qu’il nous manque. »

M. Pedneaud-Jobin se dit d’ailleurs « satisfait » que le bureau du ministre de l’Infrastructure, François-Philippe Champagne, ait clarifié le processus visant à obtenir le financement du gouvernement fédéral pour le projet de train léger dans l’ouest.

Alors que Steven MacKinnon avait indiqué mardi qu’Ottawa n’allait pas financer un projet évalué à 2,1 milliards $ sans en connaître les plans et devis, l’attachée de presse du ministre Champagne a rectifié le tout en affirmant que le dossier est soumis depuis le printemps et que les plans et devis ne sont pas nécessaires pour qu’une entente puisse être conclue.