Les propos du député de Gatineau, Steven MacKinnon, sur le train léger ont causé quelques remous dans le bureau du maire de Gatineau.

Train léger: le ministre de l’Infrastructure du Canada remet les pendules à l’heure

Les propos concernant le financement du projet de train léger de Gatineau tenus par le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, plus tôt cette semaine, ont causé passablement de remous dans le bureau du maire Maxime Pedneaud-Jobin, à telle enseigne que le bureau du ministre de l’Infrastructure du Canada, François-Philippe Champagne, a cru bon remettre les pendules à l’heure.

Sans vouloir revenir spécifiquement sur les affirmations de M. MacKinnon, l’attaché de presse du ministre Champagne, Ann-Clara Vaillancourt, a reconfirmé ce qui avait été annoncé ce printemps à savoir que le projet de train léger a bel et bien été déposé, en avril, par la Société de transport de l’Outaouais (STO). «Ce projet a aussi été priorisé par le gouvernement du Québec», a-t-elle ajouté, ce qui permet au train léger d’être officiellement inscrit au programme fédéral d’infrastructures en transport en commun.

Mme Vaillancourt a aussi précisé que les plans et devis détaillés du projet évalué à 2,1 milliards $ ne seront pas nécessaires pour conclure une entente sur le financement.

«Les discussions se poursuivent, nous sommes toujours à la recherche d’une solution, nous sommes en relation constante avec nos partenaires et nous communiquons au besoin avec le maire Pedneaud-Jobin», a-t-elle mentionné.

Lors du bilan des députés fédéraux de l’Outaouais, mardi, M. MacKinnon avait plutôt laissé entendre qu’Ottawa n’allait pas financer un projet pour lequel le gouvernement ne connaissait pas les détails.

«On ne peut pas financer quelque chose qui existe encore uniquement dans l’abstrait, avait-il lancé. On n’a pas encore de projet. On ne peut pas dire oui à quelque chose dont on ne connaît pas encore l’ampleur réelle. On va avoir besoin des plans et devis détaillés pour passer à l’étape du financement.»