Le ministre des Transports, André Fortin, est heureux de la décision de la Ville de Gatineau d’y aller pour le train léger dans l’ouest de la ville.

Train léger dans l'ouest: Fortin satisfait

Sans indiquer s’il s’engage à ce que le financement puisse être annoncé avant les prochaines élections provinciales, en octobre, le ministre des Transports André Fortin affirme que le projet de train léger privilégié pour l’ouest de Gatineau pourra cheminer rapidement à Québec.

Le député de Pontiac a réagi mercredi à la décision unanime des élus municipaux gatinois d’opter pour un système sur rails comme solution pour répondre aux besoins futurs de mobilité des citoyens des secteurs ouest, en particulier Aylmer, où la population ne cesse de s’accroître.

« Ce que ça représente, c’est un engagement clair de la Ville envers un système de transport digne du 21e siècle. Maintenant que c’est fait, le ministère pourra travailler de concert avec Gatineau et la Société de transport de l’Outaouais (STO) pour compléter le dossier, en précisant ses coûts, son trajet, etc. J’ai parlé au maire plus tôt aujourd’hui et il a l’intention que le projet soit déposé d’ici les premiers mois de l’été. On va travailler avec lui pour respecter les exigences », affirme-t-il.

Le ministre Fortin n’a pas caché que le choix du train léger, un mode de transport que la Ville d’Ottawa a aussi privilégié, permettra sans aucun doute un meilleur arrimage entre les systèmes des deux villes.

« Énormément de gens, particulièrement dans l’ouest, ont recours au transport en commun. C’est important pour moi d’avoir un système qui répond aux attentes des citoyens. En même temps, il est évident pour nous que l’un des critères essentiels pour que davantage de citoyens fassent le choix de laisser leur véhicule de côté, c’est d’offrir un système le plus facile et rapide possible, en plus de l’arrimer avec la ville voisine. En ce sens, le projet me semble tout à fait en conformité avec nos orientations », dit-il.

À son avis, il est clair qu’il s’agit d’un projet prioritaire pour le gouvernement, puisqu’il est identifié dans le Plan québécois des infrastructures 2018-2028, qu’il a été mentionné dans le dernier budget Leitao et qu’il fait partie des six initiatives citées en exemple lors du dévoilement de la Politique de mobilité durable du Québec, mardi. Cette dernière établit diverses cibles, entre autres une réduction de 20 % du temps de déplacement moyen et des déplacements en auto solo.