Pour venir en aide aux citoyens éprouvés par les inondations, la Ville de Gatineau a chamboulé son appareil municipal.

Toute l’activité municipale de Gatineau chamboulée par les inondations

Avec quelque 800 employés municipaux dédiés entièrement aux inondations, c’est toute l’activité municipale normale qui est actuellement chamboulée à Gatineau. La montée des eaux et la gestion de la crise qui en découle affectent, comme en 2017, l’ensemble de l’appareil municipal, du haut de la pyramide, jusqu’en bas.

«Évidemment, notre priorité est la crue printanière, mais nous continuons de mener nos opérations de réfection des nids-de-poule, de balayage des rues et d’entretien des pistes cyclables et des parcs, dans les secteurs où c’est encore possible de le faire», explique Bianca Paquette, au service des communications de la Ville de Gatineau. 

À LIRE AUSSI : Évacuations obligatoires à Fort-Coulonge

À LIRE AUSSI : Une digue menace de céder à Pontiac [VIDÉO]

De fait, de deux à trois équipes de cols bleus continuent de colmater des nids-de-poule tous les jours. Cela peut varier d’un quart de travail à l’autre. Quatre équipes s’affairaient à colmater des nids-de-poule lundi. «Nous sommes un peu en bas de la moyenne de ce qu’on ferait à ce temps-ci de l’année habituellement», précise Mme Paquette. En 2017, ces opérations avaient été grandement affectées dès la première crue en avril. 

Le balayage des rues continue aussi de se faire, mais à «vitesse réduite», note la Ville de Gatineau. «Ça dépend des effectifs disponibles et de l’accessibilité des secteurs», ajoute Mme Paquette. La même logique s’applique pour l’entretien des pistes cyclables et des parcs municipaux. La Ville a d’ailleurs remis à plus tard le mois du vélo qu’elle organise, chaque année, avec plusieurs partenaires. Le Grand ménage du printemps a aussi été annulé pour le moment. Ce n’est cependant pas les corvées qui manqueront dans les semaines à venir et les citoyens seront invités à contribuer. 

Il n’y a pas que les opérations municipales sur le terrain qui sont repriorisées en raison des inondations. Le branle-bas de combat est aussi inévitable dans les bureaux municipaux, notamment au sein des équipes de fonctionnaires du service des loisirs, des finances ainsi que de l’environnement, laisse savoir Mme Paquette. 

Ainsi, plusieurs fonctionnaires du service des loisirs ont dû être affectés à l’organisation des centres d’accueil pour les sinistrés. Le service des finances met les bouchées doubles afin de gérer en urgence les opérations liées aux approvisionnements. Quant au service de l’environnement, beaucoup d’attention va aux différentes usines d’épuration des eaux usées. 

Biblio et aréna

Quant aux dossiers politiques majeurs qui devaient retenir une attention particulière au conseil municipal ce printemps, notamment la démolition de Place des pionniers et le dossier de la future bibliothèque Lucy-Faris, à Aylmer, ou encore le cas du complexe multiglaces dans l’ouest de Gatineau, il est pour l’instant impossible de savoir si leur évolution sera affectée.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin et le président du comité exécutif, Cédric Tessier, n’étaient pas disposés, lundi, à répondre à des questions concernant ces projets. Les séances publiques du comité plénier et du comité exécutif de cette semaine ont par ailleurs été annulées en raison des inondations.