La conseillère du district de Touraine, Nathalie Lemieux

«Touraine a bel et bien une voix», affirme Nathalie Lemieux

La conseillère du district de Touraine, Nathalie Lemieux, a pris la parole publiquement pour une rare fois, mardi, en ouverture du conseil municipal.

Dans une réponse à peine voilée au chroniqueur du Droit, Denis Gratton, Mme Lemieux a affirmé que « Touraine a bel et bien une voix et les citoyens pourront toujours compter sur moi ».

Dans sa chronique intitulée « Il faut parler de Nathalie Lemieux » publiée le 6 janvier dernier, le chroniqueur du Droit est revenu sur les propos controversés tenus il y a un an par la conseillère concernant l’islamophobie, l’intégration des communautés musulmanes à Gatineau, ainsi que sur les doutes qu’entretient Mme Lemieux quant à la rotondité de la Terre.

Il soulignait que depuis ces événements, Mme Lemieux était silencieuse et que les citoyens de Touraine avaient perdu leur voix au conseil municipal.

Après avoir fait la nomenclature des réalisations municipales dans son quartier depuis son entrée en politique, à savoir l’avancement dans le dossier de l’eau jaune, l’installation de mesures d’atténuation de la vitesse et sa participation financière grâce à son budget discrétionnaire au sein de différents organismes communautaires, Mme Lemieux a partagé ses réflexions quant à son parcours depuis son arrivée en politique municipale en 2017.

« Quand on arrive en poste, la courbe d’apprentissage est extrêmement élevée, surtout au début, a-t-elle affirmé. Ce poste ne vient pas avec des instructions ni l’aide requise pour accomplir ce qui est attendu de nous. Ce n’est pas sans trébucher que j’ai fait mes classes. Je suis consciente que la dernière année a été difficile. J’ai appris de mes erreurs et je demeure plus déterminée que jamais. Sachez que mon engagement demeure le même et que Touraine a bel et bien une voix et les citoyens pourront toujours compter sur moi. »