Pauline Bouchard et Mustapha Bahri ont participé à la revitalisation de terrains vacants dans le Vieux-Gatineau.

Terrains abandonnés après les inondations: «J'ai l'impression que je revis un peu ici»

Des citoyens ont redonné vie samedi à deux terrains du quartier Vieux-Gatineau abandonnés à la suite des inondations de 2017.

Des résidents ont dédié leur journée à la création de deux espaces éphémères à l’angle des rues Saint-Denis et Saint-Sauveur, là où étaient érigées des maisons qui ont dû être démolies et où aucune autre construction n’est permise puisque les terrains sont dans une zone inondable 0-20 ans.

Plantation de fleurs et d’un arbre, inauguration d’un placotoire et d’un babillard communautaires et installation d’un condo de cabanes d’oiseaux peint par des enfants font partie des actions posées dans le cadre de l’initiative de revitalisation urbaine intégrée du Vieux-Gatineau.

Andrée Lafleur, qui était la propriétaire d’un des terrains visés par l’exercice, était émue par la participation citoyenne pour embellir l’endroit où elle a tant aimé vivre. Un jardin a d’ailleurs été créé en son nom.

«Ça me touche énormément de voir ça aujourd’hui», a résumé la femme qui est restée à cet endroit pendant douze ans. 

Son père l’avait grandement aidée pour rénover la maison. Il est décédé en 2017, peu avant qu’elle perde sa maison.

«Il aimait les oiseaux. Il y en avait plein chez lui. L'installation des cabanes d’oiseaux, c’est un signe qu’il est encore ici», a partagé Mme Lafleur, qui avait le terrain le plus fleuri de la rue.

«J’ai l’impression que je revis un peu ici, a ajouté Mme Lafleur, qui s’est acheté une nouvelle résidence à Gatineau. C’est un peu une deuxième vie qu’ils donnent à mon terrain.»

S'approprier les terrains inutilisés

Le directeur du comité de vie de quartier du Vieux-Gatineau, Mustapha Bahri, a précisé qu’il est important pour la communauté de s’approprier ces terrains au lieu de les laisser inutilisés.

«La communauté, les organismes et les citoyens peuvent s’approprier les terrains par diverses activités. Ça peut être un barbecue, un café-rencontre. Il y aura plein d’activités pour rendre les terrains inutilisés utiles pour la communauté et les citoyens», a-t-il expliqué.

«Ce qui a été réalisé est formidable. Ça signifie la solidarité, la résilience de la communauté», a-t-il continué.

Pour le comité, l'action communautaire de samedi constitue une première phase de revitalisation. 

«La Ville nous a autorisés à utiliser les deux terrains, mais peut-être qu’il y aura d’autres choses à faire puisqu’il y a une vingtaine de terrains qui sont malheureusement vacants», a précisé M. Bahri.

Le conseiller municipal du district du Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc, a indiqué que l'initiative citoyenne permet de redonner un peu de lustre à des portions de quartiers déprimants en raison des terrains déjà vacants, et de ceux qui le seront à la suite de la crue printanière de cette année.

«Pour les citoyens qui habitent le secteur, passer à travers le quartier tous les jours, c’est difficile. Au moins, en ayant un peu de couleur, et avec le babillard et le placotoir, ça donne un peu de vie et de fierté aux résidents», a-t-il partagé.

«C’est une belle initiative citoyenne», a ajouté M. LeBlanc. 

Un BBQ permanent et des murs végétalisés sont aussi dans les cartons.

«C’est de l’aménagement, quelque chose d’intéressant à voir plutôt que de faire face à des terrains vagues», a précisé M. LeBlanc.