Des représentants de la Société d’habitation du Québec se rendront prochainement à la coopérative Haute-Rive d’Aylmer.

Tension dans les coops d'habitation: la Société d'habitation va s’en mêler

EXCLUSIF / La Société d’habitation du Québec (SHQ) annonce qu’elle va « déployer les ressources nécessaires » à la coopérative Haute-Rive d’Aylmer afin que cette dernière soit « gérée adéquatement » dans le respect de sa convention d’exploitation et « au bénéfice des locataires », a appris Le Droit.

Préoccupée par les révélations faites cette semaine concernant des incidents liés à de l’intimidation, du harcèlement et de l’abus de pouvoir dans certaines coopératives de Gatineau, ainsi que par les problématiques soulevées par la Fédération intercoopérative en habitation de l’Outaouais (FIHAB) touchant la coopérative d’habitation Haute-Rive d’Aylmer, la SHQ a décidé d’agir. 

« La SHQ porte toujours une attention particulière à ce type de correspondance et nous prenons très au sérieux les problématiques soulevées par le directeur général de la FIHAB, indique porte-parole de la SHQ, Sylvain Fournier. La SHQ est à analyser les problématiques portées à son attention. Au cours des prochaines semaines, la SHQ s’assurera de déployer les ressources nécessaires pour accompagner les organismes afin qu’ils soient gérés adéquatement, en respect de la convention d’exploitation signée et au bénéfice des locataires. »

Ainsi, des représentants de la SHQ se rendront prochainement à la coopérative Haute-Rive d’Aylmer afin d’y rencontrer les responsables et procéder à des vérifications administratives. 

« Dans l’éventualité où des irrégularités auraient été commises, nous veillerons à ce que des mesures correctives soient apportées », a indiqué M. Fournier.

Le porte-parole de la SHQ précise toutefois que les pouvoirs d’intervention de la SHQ dans les coopératives d’habitation sont limités puisqu’il s’agit d’organismes indépendants, gérés par des conseils d’administration et dont les immeubles ne sont pas la propriété de la SHQ. 

Le gouvernement du Québec tente d’ailleurs de renforcer le pouvoir d’intervention de la SHQ dans de telles situations. 

M. Fournier précise que le projet de loi 16 qui vise principalement l’encadrement des inspections en bâtiment et de la copropriété divise, le remplacement de la dénomination de la Régie du logement et l’amélioration de ses règles de fonctionnement modifiant la Loi sur la Société d’habitation du Québec prévoit une disposition en ce sens. 

La SHQ invite entre-temps les citoyens et les gestionnaires qui s’estiment victimes de comportements inappropriés à dénoncer ces agissements auprès des autorités policières et au Protecteur du citoyen.